« You never really know your friends from your enemies until the ice break »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You know you love... me (?) [Alex']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: You know you love... me (?) [Alex']   Lun 1 Sep - 19:15


    « Bonjour. Vous avez un nouveau message. Nouveau message, reçu aujourd’hui à 8h27 :
    ‘Oui, Eleonore, c’est moi. Je ne serai pas à l’aéroport quand tu atterrias car je dois immédiatement partir pour New-York : mon correspondant sur place m’a envoyé un mail ce matin pour me dire qu’il a une urgence à propos de ma nouvelle collection. Bref, il faut que j’y sois avant midi. Je t’envoie un chauffeur, qui s’occupera de tes affaires et qui te conduira là où tu le souhaiteras. Ah oui ! Au fait : trouve-toi quelque chose à faire avant de rentrer à la maison, car le décorateur doit me livrer la nouvelle bibliothèque et me la monter… Excusez-moi mais vous gênez le passage, madame… Pardon, chérie… Il doit donc me la monter et cela devrait lui prendre l’après-midi. Je t’embrasse, nous nous verrons demain matin..’
    Fin du nouveau message. Pour appeler votre correspondant, faite le… 
    »

    El’ crut l’espace d’un instant qu’elle allait envoyer son portable s’écraser sur le mur d’en face. Cela faisait quatre mois qu’elle était partie, deux qu’elle n’avait pas vu sa mère, et un quart d’heure qu’elle avait atterri pour entendre ce message, en allumant son téléphone. Vraiment, c’était à se demander si sa mère tenait plus à elle qu’à ses mannequins ou pas ! Et puis pas un mot gentil du genre : « J’espère que tu vas bien, et que le voyage n’a pas été trop long », non, rien de ce genre. Après tout ce qui lui était arrivé ces derniers temps, sa mère n’avait pas l’air plus inquiet que cela pour elle ! C’était franchement aberrant. Mais El’ avait fini par s’y faire, avec le temps…

    - Bonjour, mademoiselle Carrington. J’ai pris le soin de m’occuper de vos valises, nous pouvons donc partir, si vous le souhaitez.

    Devant l’aéroport, le chauffeur lui ouvrit poliement la porte arrière d’une berline noire. Elle le remercia d’un léger sourire et prit place sur le siège en cuir froid. Il referma derrière elle, fit le tour de la voiture, et, bientôt, ils furent en route pour Blue-Side.

    - Où faut-il vous mener, mademoiselle ? demanda-t-il au bout d’un moment de silence.

    En tout cas, pas chez, puisqu’elle n’avait aucune envie de discuter avec le déménageur !
    Eleonore hésita. Où aller, sachant qu’elle n’avait prévenu personne d’autre que sa mère de son retour, tout comme elle n’avait parlé à personne de son départ, quatre mois plus tôt. L’Europe, cela avait été une aventure plus qu’éprouvante pour la jeune femme. Pourtant, rien n’indiquait sur son visage qu’elle avait passé des semaines dans l’anxiété et la tristesse, la peur et la frustration. Au contraire, elle était littéralement radieuse : c’était à croire que les six heures d’avion n’avaient jamais eu lieu…
    Elle jeta un coup d’œil à sa montre. Onze heures trente. Sa mère devrait être à New-York, à l’heure qu’il est… El’ fit mentalement la liste des personnes qu’elle aimerait revoir au plus tôt, et qui auraient une chance de se trouver à Blue-Side aujourd’hui. October ? Peut-être… Enfin, non, pas aujourd’hui : elle ne se sentait pas d’attaque pour soutenir le regard de sa meilleure amie qui ne manquerait sans doute pas de la questionner pour savoir ce qu’elle avait bien pu faire pendant quatre mois sans donner signe de vie à quiconque. Non, non, pas aujourd’hui. Thomas ? Ah ! Sûrement pas ! Mickael ? A quoi bon ? Il devait être avec sa nouvelle petite amie Cathlyn, qui n’aura pas manqué de lui sauter dessus, profitant su départ d’Eleonore… Alors qui ?…
    Le regard d’onyx de la jeune fille se mit à briller lorsqu’elle pensa à quelque un qu’elle décida d’aller voir au plus vite. Pourquoi n’avait-elle pas pensé à lui plus tôt ?

    - Déposez-moi au Heavenwood, s’il-vous-plait, demanda-t-elle enfin au chauffeur, qui inclina la tête et partit en direction de l’hôtel.

    Alex. Il fallait absolument qu’elle le voit. Elle allait lui faire l’honneur d’aller lui rendre visite en premier, mais, cela, elle ne serait pas obligée de lui dire. Elle ne voulait pas qu’il pense qu’elle avait plus envie de le voir lui que n’importe qui d’autre. Donc, s’il questionnait, elle dirait qu’elle était rentrée la veille, et avait passé la soirée chez sa cousine, avec des amies. Un joli mensonge sans conséquences comme elle savait si bien les formuler. Pourtant, elle était un peu anxieuse. Et si le beau brun n’était pas content de voir son amie ? S’il lui en voulait de ne pas lui avoir dit qu’elle partait ? Et s’il se mettait à la questionner ? Il était le seul capable de voir de temps à autres lorsqu’elle mentait ou pas, et cela la mettait toujours un peu mal à l’aise… Enfin ! Il fallait bien commencer par quelqu’un, non ? Alex avait toujours été d’une compagnie agréable, après tout…

    Une demi-heure après avoir quitté l’aéroport, le Heavenwood fut en vue. Le conducteur, une fois arrivés, s’arrêta devant les marches du splendide hôtel de luxe que dirigeait le jeune Hellwood. Mais El’ demanda au chauffeur d’avancer encore un peu, pour laisser la place devant les marches aux clients qui souhaitaient être déposés rapidement. Elle, avait besoin de cinq minutes avant de sortir de la voiture.
    Sortant son miroir de poche, un bâton de rouge à lèvres, un tube de mascara et un crayon noir, elle entrepris de se remaquiller un peu -quoique son maquillage était toujours impeccable. Mais on n’était jamais trop prudente, d’autant qu’Alex avait dû voir passer nombre de jolies filles chez lui depuis son départ. Elle ne supporterait pas de ne pas apparaître sous son meilleur jour, pour son grand retour. Après avoir déposé une légère touche de brillant à lèvres au cœur de sa bouche intensément rouge, elle demanda au chauffeur de descendre et de lui apporter la plus petite de toutes ses valises -qui se trouvait tout au fond du coffre de la voiture, si bien qu’il eut du mal à l’atteindre. Sans qu’elle n’ait à bouger, la valise vint à elle, et, la posant sur le siège d’à côté, elle l’ouvrit, et en sortit les vêtements qu’elle comptait mettre tout de suite. Quelle délicieuse invention que les vitres teintées ! Bref, quand enfin elle sortit de la voiture, jamais on aurait cru qu’elle venait de l’aéroport.

    Les talons hauts de ses bottines noires à lacets produisirent un léger bruit lorsqu’elle marcha en direction du hall d’entrée.
    « Jeune, belle, riche, et on ne bave pas, merci » C’était presque comme si c’était écrit sur elle en toutes lettres. Elle n’avait pour ainsi dire rien à envier au mannequins de sa mère. Quelques boucles brunes tombaient négligemment -vous comprendrez bien sûr que « négligemment » est un effet de style très travaillé- sur son cou d’une blancheur immaculée tandis que le reste de ses lourds cheveux noirs était attaché en une sorte de chignon qui-à-l’air-vite-fait-mais-qui-a-évidemment-pris-du-temps-à-réaliser. Sa robe gris perle s’arrêtait au niveau du genou, le reste de ses longues jambes étant délicieusement visible, et, resserrée sous la poitrine par un fin ruban de satin, elle avait ensuite une forme évasée qui contrastait avec la droiture du bustier. Plus que jolie, donc, elle ne put qu’attirer les regards à elle lorsqu’elle entra. Aurait-elle voulu être discrète que cela lui aurait été de toute manière impossible.

    Arrivée à l’accueil de l’hôtel, un jeune homme lui demanda ce qu’il pouvait faire pour l’aider, et si elle souhaitait louer une suite.

    - Merci, mais j’aimerais juste savoir si monsieur Alexander Hellwood est en mesure de me recevoir.

    Le jeune homme comprit que c’était du sérieux, là ! Hellwood est un nom qui fait toujours impression.
    Il dit qu’il allait l’appeler, et décrocha le téléphone du guichet en composant le numéro de la suite du jeune héritier.

    - Puis-je connaître votre nom, mademoiselle ?

    A la question posée, elle sourit et s’apprêta à répondre tout naturellement : « Mademoiselle Eleonore Carrington », quand une autre idée lui vint et la fit sourire d’amusement.

    - Dites-lui que Mademoiselle de Merteuil aimerait avoir le privilège de monter lui rendre visite…

    Une sorte de code que, espérait-elle, son délicieux compagnon comprendrait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Lun 1 Sep - 21:19



  • 4 mois auparavant...

    Miami, la ville de tous les péchés, mais qui restait néammoins en seconde position derriére las vegas. Evidemment, le jeune homme qui s'y trouvait en ce moment s'y connaissait trop pour être né a vegas et etre depuis trois mois dans cette superbe ville qui n'avait rien a envier a la cité des anges. La nuit était torride comparé au jour, et un gars de l'envergure d'Alexander Hellwood ne faisait que s'amuser ici. Pourtant, quelque chose lui manquait, ou plutot quelqu'un. Ce quelqu'un n'était pas tres grande, brune, et avec un caractére qui correspondait plutot pas mal au sien sur un plan machiavélique. Pourtant ici il avait tout ce qu'il voulait, des habitantes de miami aux jet setteuses de passages, des mannequins au barmaids, mais curieusement cette petite brune lui manquait plus qu'aucune autre...

    La nuit était tombé depuis bientot quatre heures et Alex ne dormait pas. Il zappait sur sa télévision, passant des programmes animaliers au programmes destinés a des adolescent en manque de musique et de sexe, bref rien de tres interessant pour une nuit. Une ancienne série passait montrant les aventures de gosses de riches a new york et en voyant un actrice tres peu celebre, un visage vint s'inscire dans son esprit, celui de la belle Eleonore. Il essaya tant bien que mal de le changer, mais rien y fit alors une chose lui vint a l'esprit: Pourquoi ne pas aller voir l'obket de son obsession?

    Il prit le jet de l'hotel casino dont il était devenu le directeur provisoire. Evidemment cela n'était pas trop autorisé mais s'il avait des comptes a rendre a quelqu'un, c'était a son pére et en ce moment, il était dans une bonne période. Heuresement. En pres de sept heures de vol, il attérit en angleterre ou la jeune femme passait des vacances chez sa famille. Heuresement qu'il y avait une piste d'attérissage pres de la demeure familliale des Carrington!

    Ce qui se passa entre les deux jeunes gens, seuls eux deux le savent a présent ...

    Aujourd'hui

    Alex ne travaillaitpas ce soir, il n'en avait pas envie. Depuis que ses parents l'avaient obligés a revenir a blueside, il avait décidé que son bien etre comptait plus que l'investissement de son pére et de ce fait, il s'accordait les horaires qu'il voulait. Son pére était trop loin de lui pour lui dire quoi que ce soit, et les employés n'avaient pas vraiment interet a dénoncer leur boss : bref tout le monde était heureux dans le meilleur des mondes. Le jeune homme observait blueside de sa vue panoramique: C'était en fait le mur extérieur de sa suite, une baie vitré qui permettait de voir absolument tout bleside et d'observé les taxis arriver a l'hotel.

    En général, les clients arrivaient en journée mais c'était la haute saison en ce moment et a n'importe qu'elle heure du jour ou de la nuit, il pouvait arriver des tres gros clients, des joueurs qui ne ferait que faire augmenter l'héritage que le jeune homme toucherait un jour. C'était bon de se dire cela, ca donnait une voie a la vie d'Alex en l'empechant de penser qu'il resterai pour toujours a blueside. Ce qu'il ne voulait absolument pas a vrai dire. Pour lui, il quitterait les usa et s'installerait quelque part ailleur ou il pourrait enfin être en paix et avoir un harem a ses coté, hum hum, ou alors il prendrait la direction de toute la branches des casino heavenwood, qui était dirigé par son paternel en tant que pdg. Bref, surement pas un avenir de pauvre mais bon.

    Le téléphone de sa suite sonna et fit résonner un écho dans sa chambre. Qui cela pouvait il bien etre a cette heure? Si c'était un employé qui lui annoncait qu'il y avait des problemes dans une salle de jeu, il le rembarrerait comme il le faisait d'habitude et retournerait devant sa télé. Il sortirait peut etre apres, un tour en boite ou dans un bar n'a jamais été nocif a un jeune homme qui venait de feter ses vingts et un ans moins de deux semaines plus tot. Il n'avait pas vraiment envie de répondre mais bien évidemment il le fit.

    Toute fois, avant de décrocher, il avait eu la bonne idée de voir d'ou venait l'appel et comme il l'avait deja pensé, il venait de la reception. Pari gagné. D'un légéremet énervé il repondit :

    - Oui?!

    [color:f71a="plum"]- Mr, désolé de vous dérenger, une certaine Mademoiselle de Merteuil voudrait vous voir...


    Alex ne répondit pas pour deux raison: Sur le ton que son abruti de receptioniste avait employé, on pouvait facilement entendre qu'il n'avait jamais lu les liaisons dangereuse, classique et chef d'oeuvre de la littérature libertine de la fin du dix huitiéme siécle. Il faudrait qu'un jour il l'oblige a lui ce bouquin, même s'il n'en comprenait pas un mot, ce serait toujours mieux que d'être inculte. La deuxieme raison était plus ombrageuse: la seule personne avec qui il en avait parlé était Eleonore. Cette Eleonore, celle qu'il avait été voir en Angleterre, celle qui n'avait donné aucun signe de vie depuis quatre mois et qu'il tachait d'oublier du mieux qu'il pouvait.

    Il s'était consolé dans d'autres bras et d'autres draps bien évidemment, mais a présent, il ressentait de la colére envers elle, alors qu'il ne savait pas réellement si c'était elle qui attendait a la reception avec un abruti de standardiste. Pourquoi serait elle revenue apres tout ce temps? Il avait tellement de question mais c'était la colére envers elle qui le rongeait intérieurement pour le moment. L'inculte de l'accueil l'appelait au téléphone alors qu'Alex ne repondait plus, sous le surprise de la nouvelle.

    [color:f71a="Plum"]- Mr Hellwood?

    - Hum oui faite la monter.

    Il raccrocha le combiné et cherchait veinement comment réagir a cette nouvelle. Il l'avait oublié, en tout cas il avait essayé. Pourtant, quel couple ils faisaient a l'époque: des vrais héros de liaisons dangereuses, sauf qu'Alex n'allait surement pas mourrir et Eleonore être humiliée en public. Le temps passa bien plus vite qu'il ne l'aurait voulu entre le coup de file et les knock knock knock qui claquérent contre le bois de la porte. Alex alla ouvrir la porte et fixa la jeune femme qui se tenait dans l'embrasure: Elle n'avait absolument pas changer.

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Lun 1 Sep - 22:31


    Si la jeune femme se souvenait de cette nuit passée en Angleterre ? Comment aurait-elle pu l'oublier ? Elle avait beau être sans coeur, il y a des sensations que l'on oublie jamais, des murmures dont on se rappelle pour toujours, et des souvenirs qui nous hantent éternellement. La deumeure familiale que sa famille possèdait se trouvait isolée au nord du pays, au coeur de terres balayées par des vents froids, là où la passion capricieuse du Temps est remarquable sur chaque arbre au tronc courbé, sur chaque chemin accidenté, et au vu de rivières au courant vif. C'est un endroit sur lequel même la richesse des hommes n'a que peu de prise, car tout finit toujours par revenir à son état initial. Ainsi, la maison de famille était en fait un vieux castel de guingois tout en pierres grises, dont le charme romanesque est poignant, si bien que, derrière chaque porte de bois sombre, on a l'impression qu'il se cache d'anciens mystères inexpliqués. Et, quand le vent sec se prend dans les branches des arbres qui entourent la demeure, on croit entendre la complainte des aïeux trépassés.
    Ce fameux jour où était arrivé Alex chez elle, un vent comme celui-ci trainait ses sanglots comme pour forcer ceux que retenait la jeune femme à éclater. Quelle ne fut pas sa surprise et sa joie de voir arriver le jeune Hellwood, et ce, avant même que la première larme ne vienne s'éteindre sur ses lèvres ! Elle s'était sentie consolée par sa présence, mais cela n'arriva pas à calmer l'anxiété qui peusait sur son coeur.
    Quand il la quitta, le sur-lendemain de son arrivée, elle ne lui dit pas qu'elle allait elle-même partir du castel pour aller en France. C'est là-bas qu'elle passa, en fait, les quatres mois qui suivirent... Les quatre pires mois de sa vie, sans doute...

    - Mademoiselle ?

    La voix de l'employé qui venait de raccrocher le téléphone la sortit de sa rêverie profonde. Ces songes des temps passés avaient adouci son regard sombre, et, quand elle s'en apperçut, elle leva le menton d'un air hautain -ce côté dédaigneux dont elle se parait la rendait profondément jolie, à vrai dire.

    - Hé bien ?

    - Il vous attend, mademoiselle. Dois-je vous accomp...

    - Ce ne sera pas utile, merci. Je connais le chemin...

    Et elle se dirigea vers l'ascenseur, en appuyant sur le dernier bouton, qui la mènerait tout en haut de l'immeuble luxueux.
    En passant dans le couloir, elle se demanda ce qu'allait penser le jeune homme de sa venue. Bien sûr, s'il lui annonçat qu'il ne voulait plus entendre parler d'elle, ce serait un droit bien légitime qu'il aurait, mais elle espéra qu'il la laisserait au moins s'expliquer... Elle allait bientôt le savoir...

    Elle frappa trois coups à la porte du jeune homme, et attendit qu'il lui ouvre, ce qui ne tarda pas à arriver.
    Leurs regards aussi noirs l'un que l'autre se croisèrent, et elle crut apercevoir au fond des iris de son hôte une petite flamme agitée nommée "colère". Il lui en voulait, c'était certain. Tout le monde craignait toujours la colère d'Alex Hellwood, car il était réputé pour être quelqu'un d'astucieux, lorsqu'il s'agissait de vengeance. Mais elle, elle était comme lui, et elle ne trembla pas en se trouvant face à ces deux disques noirs qui lui lançaient des flammes mécontentes. Soit elle arriverait à l'adoucir sans encombres, soit il lui faudrait s'expliquer, et cela serait sans doute plus éprouvant pour elle...

    Après avoir vu sa colère, elle s'aperçut qu'il était aussi sublime que quatre mois auparavant.
    Ce n'est qu'alors qu'elle se rendit compte qu'il lui avait manqué. Vraiment manqué.
    Mais il ne disait rien depuis qu'il lui avait ouvert, et elle estima que c'était parce qu'il considérait que c'était à elle de parler la première.
    Elle retrouva son sourire "d'avant" que, curieusement, elle réservait exclusivement à Alex. Ce n'était pas un sourire ravi, ni même doux ou gentil. Il s'agissait plutôt d'un mélange d'insolence et de charme, d'effronterie et de taquinerie. Ce sourire, à lui seul, pouvait signifier de nombreuses choses, comme "je préfèrerais avaler ma langue plutôt que de te le dire, mais, tu m'as manqué", ou alors "ne me regarde pas ainsi, tu sais bien que je suis meilleure que toi à ce petit jeu", ou encore "laisse-moi entrer, j'ai froid, dans le couloir".
    Bref, le sourire parla davantage que ne le firent ses mots, prononcés de sa voix aussi douce que féline, comme une murmure sensuelle mêlé à un souffle téméraire.

    - J'ai oublié d'apporter le champagne, mais je suis sûre que tu ne m'en tiendras pas rigueur...

    Drôle de manière de dire bonjour, mais, comme vous avez pu vous en douter, elle n'était pas du genre à dire "Hi, darling !" -sauf pour plaisanter, bien sûr...
    Néanmoins, elle préféra attendre sa réponse avant de savoir quelle attitude adopter. D'ailleurs, cette situation était un peu étrange. Après quatre mois passés sans un mot, devait-elle l'embrasser en souvenir du "bon vieux temps" ou bien conserver son air digne et son regard amusé ?... Incertitude, quand tu nous tiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Lun 1 Sep - 23:16



  • L'angleterre, bien sur qu'il n'oublierait pas, bien évidemment qu'il l'avait voulu plus profondément qu'autre chose mais il n'avait jamais pu. C'était le dernier souvenir de la demoiselle Carrington qu'il avait en mémoire, ses boucles brunes contrastant avec la paleur de sa peau et ses deux iris qui malgré un couleur chocolat étaient aussi étincelante qu'un rubis exposé au feu. Il avait souhaiter tourner cette page Eleonore Carrington mais n'avait jamais réussi a oublier réellement la jeune femme. Pour cela, il aurait fallu une opération du cerveau, trovuer le cortex dirigeant les sentiments et les mémoire et tout effacé. Deja que le jeune Hellwood n'était pas connu pour etre un grand sentimentaliste, dans ce cas radical, Blueside aurait été définitivement perdu.

    Depuis, il n'avait jamais remis les peids en Angleterre, d'ailleur cela avait été la premiére fois qu'il pénétrait sur le territoire britannique. L'Europe ne l'avait jamais vraiment tenté excepté le sud de la france et l'italie. Le reste n'avait que peu d'importance pour lui en comparaison de ce que pouvait apporter les usa. Et puis, l'angleterre a présent le faisait penser a Eleonore, chose qu'il voulait oublier a présent vu qu'apparament elle ne reviendrait pas a Blueside. Mais voila, a présent, elle était de retour et même la reine d'angleterre ne pourrait pas lui faire oublier cela malheursement.

    Alex avait presque cru la jolie juene femme morte car apres quatre mois sans nouvelles, il pouvait tout de même se demander si elle foulait la bonne vieille terre des vivants. Comment dire: au début, il se demandait pourquoi elle ne repondait pas ou ne rappelait pas, malgré le fait qu'un océan les séparait. Ensuite, la colére, mais qu'avait elle apres tout? Et pour finir le désinteressement total volontaire, ce que l'on faisait lorsque l'on avait plus trop d'espoir en gros. Alors imaginer la surprise c'était comme ci son abruti de standardiste lui annoncait qu'un mort était revenu a la vie, ou plutot un ancien habitant de blueside city était de retour. Deja qu'il fallait etre fou pour revenir ici, il fallait etre bon pour l'asile pour croire qu'une personne que l'on avait aimé se montrait apres une absence si longue, une vraie traversée du désert.

    Alors qu'i allait ouvrir la porte, il se demandait si ce n'était pas les effets de l'alcool. Apparament non vu qu'il n'avait pas consommé de boisson depuis au moins l'avant veille. Ou alorsc'était le manque? Ou était le réel dans cette situation? Alex n'avait touché a aucunes drogues pourtant. Pas de drogues ni d'alcool, juste quelques filles comme elles en avaient défilé durant ces quatre mois... Mais Alex avait de nouvelles amantes presque réguliéres : Harlow et Justine entre autres mais il avait assez de tact pour ne pas en informer la revenante, a moins qu'il n'ait vraiment envie de la blesser, et encore.

    Alors qu'Alex ouvrait la porte, on aurait pu croire deux combattants entrant sur un ring de boxe. Regard noir pour les deux jeunes gens dont aucuns des deux ne prennait la parole en premier. Finalement Eleonore le fit mais pas par des mots, juste par un regard qui était avant celui qu'elle avait souvent quand elle était avec le jeune Hellwood. Lui n'avait pas ce genre de regard, lui préférant un ton spéciale de sa voix deja si charmeuse. La période avant était officiellement finie pour lui, a moins que la jeune femme ne lui donne une explication suffisament efficace pour qu'il lui pardonne, du genre avoir été pris en otage en columbie ou un truc dans le genre.

    Elle s'adressa ensuite a lui et il put s'appercevoir que son timbre de voix n'avait pas changer non plus. C'était étrange de voir que le temps n'avait pas eu d'incidence,que tout était rester comme quatre mois auparavant. Il la laissa passer dans sa suite, s'écartant de l'entrebaillement de la porte mais en ne riant pas vraiment de la pseudo blague de la jeune femme. Cherchait elle a détendre l'atmosphére ou ne faisait elle cela que sans intention?

    Elle alla s'assoir sur l canapé ou avant elle avait eu ses habitudes, tout cela semblait tellement naturel pour elle. Repondant a la tres légére provocation de la jeune femme, Alex prit une bouteille de champagne dans son bar plein et la déposa sur la table basse qui était entouré par deux canapé en cuir noir et blanc. Il déposa aussi deux coupes et les servi, toujours sans avoir dit un mot. L'ambiance était electrique. Puis il ouvrit la bouche et dit:

    - Je ne t'en tient pas rigueur... pour le champagne.

    Sa phrase était claire de sens, il lui en tenait rigueur pour autre chose e tla jeune femme devait savoir de quoi il parlait de toute évidence...

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 0:00


    Eleonore n'avait pas cherché à oublier Alex, ni aucun des moments qu'elle avait passé en sa compagnie.
    Au contraire, elle s'en était rappelée du plus profond de son âme, ravivant intérieurement des émotions passées. Est-ce qu'elle faisait cela pour se faire du mal ? Non, sûrement pas. Elle avait tenu à se souvenir de tout car c'est ela qui l'avait aidé à tenir durant ces quatre mois épouvantables. Le sourire d'October, le rire de Mickael, les grognements agacés de Thomas, et, enfin, Alex. Alex tout entier, car il était le seul qui l'avait comprise entièrement. D'habitude, on ne comprenait pas El', et on la disait juste cruelle, impitoyable, sans coeur. Ceci était la pure vérité, mais, jusqu'à ce qu'elle rencontre Hellwood, elle ignorait que certains êtres humains s'adonnaient aux même passe-temps qu'elle.

    Ainsi, en cet instant, et, si elle avait eu soit un peu de jugeotte, soit un peu de courage, soit encore, un minimum d'humilité, elle aurait quitté son sourire si sûr et ses airs supérieurs, et aurait tout simplement murmuré quelque chose du genre "j'ai besoin de toi", ce qui était la plus pure des vérités. Mais c'étaient bien là des mots qui ne sortiraient jamais naturellement de la bouche de la jeune femme, qui soignait trop son image pour se laisser aller à de pareilles faiblesses.

    Alex s'écarta finalement pour la laisser passer, et elle entra en ôtant ses gants, qu'elle garda dans une main, comme pour se donner une contenance, après s'être assise sur le canapé. Elle se dit que ce dernier avait du en voir passer, des filles, depuis son départ, et cette pensée alluma dans son regard un flamme farouche de femme qui se sent remplacée par la première venue.
    Comment ?! Par la première venue, elle ? Non, non, pas question. Si le jeune homme avait oublié qui était El', elle allait lui rafraichir la mémoire. Après tout, la terre n'avait sûrement jamais porté d'être aussi vaniteux que la jeune femme...
    Pour le coup, elle en oublia un instant toutes ses mésaventures et se concentra sur la fureur que venait de faire naître en elle l'idée qu'il ait pu la remplacer. On ne remplace pas Eleonore Carrington. Elle y veillerait.

    En fait, c'était une excellente idée d'être allée voir Alex, car il était certain qu'il savait la mettre en colère plus que n'importe qui d'autre. Or, elle n'avait pas été en colère depuis longtemps. Abrutie par les médicaments et les calments, elle n'avait pas passé ses nerfs sur grand chose, durant ces quatres derniers mois, et l'idée que, pendant qu'elle souffrait tant, lui se soit amusé avec d'autres, l'horripilait profondément.
    Elle eut le droit à une coupe de champagne. Les quelques mots qu'il prononça en la servant lui firent plus de mal qu'elle n'osa se l'avouer à elle-même, et elle décida de se venger -vengeance pas trop méchante, mais sans doute assez inattendue.

    - Tais-toi, idiot, dit-elle d'un ton des plus cassants en se levant d'un bond du canapé.

    En deux secondes, elle était près du jeune homme, et, posant une main sur la nuque de celui-ci, elle l'embrassa d'un baiser violent, comme si elle cherchait à lui faire mal. Comme cela lui avait manqué ! Elle avait presque oublié à quel point c'était agréable de sentir un tel contact contre sa bouche... Bref, elle y mis toute sa colère, toute sa fougue, et tous les sentiments qu'elle avait contenu depuis si longtemps. De plus, comme elle avait les mains froides, elle les passa dans le cou de son compagnon, juste pour l'embêter, sans pour autant décoller ses lèvres des siennes. Néanmoins, ne voulant pas étouffer, elle finit par les en détacher, alors qu'un sourire en coin y errait de nouveau. Cela faisait trop longtemps qu'elle n'avait pas eu un de ces sourires de cruelle délectation et d'orgueilleuse satisfaction...
    Chose faite, elle lança un regard provoquant à Alex, qui lui signifiait bien qu'elle n'en avait rien à faire qu'il soit fâché ou pas. Elle avait plus souffert que lui, et c'était elle la victime, dans cette histoire.

    - Ne me parle pas comme tu viens de le faire... Tu n'as pas le droit... Tu ne sais pas ce que j'ai vécu, et je te jure que je pourrais passer mes nerfs sur toi.

    Par provocation, elle l'embrassa de nouveau, mais très doucement, en une caresse furtive au coin des lèvres.
    Puis elle releva fièrement la tête, et se détourna pour aller à la fenêtre, où la vue sur Blueside était absolument magnifique.
    Pour la première fois depuis de longs mois, elle se sentait vivante, et, cela, elle le devait à Alex. Elle le remercia intérieurement, mais ne laissa, bien sûr, rien paraitre de sa joie de se sentir de nouveau elle-même.
    Eleonore Carrington était officiellement revenue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 0:59



  • Alex avait chercher a oublier pour une simple et bonne raison, il s'était laissé allé, avait même aimé quelqu'un, et du jour au lendemain, cette personne ne donnait plus aucun signe de vie. Il savait pertinnement qu'elle n'était pas portée disparu car sa mére fréquentait encore les endroits qu'elles fréquentait avant en exhibant un sourire de circonstance qui aurait été surement trop diffiicle a soutenir si elle avait perdu son enfant d'une maniére ou d'une autre. Quoi que dans ce milieu la on ne sait vraiment jamais mais peut importait. En tout cas, vu qu'il n'avait aucune idée de ce qe faisait son ancienne petite amie il avait bien évidemment été voir a droite et a gauche et ce qu'il y avait trouvé lui avait considérablement plu il fallait l'avouer.

    Alexander Hellwood restait bien évidemment Alexander Hellwood. Il était toujours aussi machiavélique, froid avec ceux qui ne comptais pas et pervers sur les bords, enfin pour ne pas dire coureur de jupons. Miami avait été un paradis pour cela, tout lui était offert sur un plateau d'argent presque, mais a vrai dire, il avait passé une bonne partie de son temps a penser a Eleonore. Mais a la fin, il avait conclu apres une séance de discussion avec soi même qu'il ne fallait pas vivre dans le passé, qu'il devait aller de l'avant et ne pas s'attarder sur quelqu'un qui ne voulait pas donner de signe de vie. Il était humain apres tout, et avait presque encore plus de défaut que la majorité ds hommes, enfin c'était plutot des qualités au service du mal si l'on puis dire, mais même cela le ramenait a Eleonore.

    Bref, having fun était devenu son nouveau crédo, ne cherchant plus rien d'autre excepté le fait de se faire plaisir a lui meme tout en oubliant la raison de cette volonté. Apres tout, il avait asez d'égo et de dollar pour plusieurs alors autant en faire bon usage non? Mais maintenant qu'il était revenu a Blueside, s'amuser était loin d'être aussi simple car quand la ville est plus petite, on a tendance a plus remarquer ceux qui sortent du lot, et Alex avait été catalogué méchant du campus. C'était triste mais a la fois si vrai. Le pire dans tout cela était le fait qu'il en soit fiér peut etre, mais apres tout, il fallait de tout pour faire un monde.

    A l'entrée qu'avait fait Eleonore, ce mélange d'orgueil et de fierté si superbe, il se doutait qu'elle ne lui expliquerait rien, et qu'elle ne s'excuserait meme pas. Alex avait autant de vanité qu'elle, ce n'était pas pour rien que les deux jeunes gens étaient si proche l'un d el'autre tant ils se ressemblaient. Il était toujours en colére contre elle et maintenant le moment de surprise de son retour passé, Alex comptait bien avoir des explications, ou au moins, quelque chose qui disait au jeune hellwood pourquoi la miss s'amusait a jouer a la morte. Non car a force, cela devenait franchement lassant.

    La répartie de la jeune femme au cynisme d'Alex le surprit légérement. Le ton était monté et elle l'insultait d'idiot... Comme si ce mot avait une quelconque signification pour les êtres vraiment machiavélique et presque perfides qu'ils étaient. L'héritier soupira en haussant les sourcils mais ce que la revenante fit ensuite le surpris assez. Elle l'embrassa avec une fougue qu'il ne connaissait pas chez elle. Inconsciemment, il répondit a ce baiser, se foutant royalement de sa colére mais étant heureux de la retrouver. Mais alors qu'elle passait ses doigts aussi froid que ceux d'un corps sans vie, il repensa au fait qu'il était en colére contre elle, et que elle n'avait rien a dire contre lui pour une fois. Elle détacha finalement ses lévres de celles du jeune homme et ses doigts fin de son cou. Alex avait la peau chaude, même trop chaude pour une soirée, c'était la colére qu'il avait contre elle qui faisait cela. Le feu et la glace.

    Il n'avait aucune idée de ce qui était arrivé a la jeune femme mais il avait l'impression d'avoir une autre Eleonore devant lui. Toujorus provocante, toujours magnifiquement belle mais il pouvait la sentir frustrée. Etait ce ces fameux quatre mois? Mais tout dê même il n'allait pas se laisser impressioner par elle, depuis le temps qu'ils avaient ce genre de jeu ensemble, il se demandait si ce soir faisait partie du lot.

    - Evite de me traiter d'idiot ...

    En temps normal, il aurait poncuté sa phrase par un sil te plait, montrant toute le jemen foutisme qu'il avait pour cette personne. Mais pour une fois, il ne le fit pas et préféra la laisser parler. Alex était demeuré étrangement calme face a la furie qu'elle était devenue. Une simple pique avait lancé cela? Il ne la comprenait plus vraiment mais ne se laisserait pas faire.

    - Mais explique ce qu'il t'ai arrivé, passe tes nerfs sur moi, fais ce que tu veux! De toute façon, qui me dit que demain matin, tu n'auras pas de nouveau disparu Eleonore?

    Il appuya sur le prénom de la jeune femme, ultime provocation de sa phrase. Il ne comptait pas sur le fait qu'il pourrait de nouveau s'atacher a elle en ne sachant pas pourquoi il l'avait perdu pendant si longtemps. Un duel intérieur se livrait dans l'esprit du jeune homme: La colére contre la joie de retrouvé sa madame de Merteuil toujours aussi ... fidéle a elle même.[/color]

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 10:51


    La jeune femme n'osait pas se dire qu'elle avait réellement aimé Alex. Elle n'osait pas non plus songer qu'il y avait toutes les chances pour que ce qu'elle ressentait pour lui n'ait pas changé depuis les quatre derniers mois. Cela, sans doute, lui aurait fait trop de mal, mettant un coup à son orgueil et rabaissant sa fièreté. Elle ne pouvait pas se permettre de se dire de telles choses. Elle avait, plus que jamais, besoin d'être forte. Ainsi, elle pensait simplement qu'ils s'étaient toujours très bien entendus et que cette complicité ne pouvait pas être brisée par quelques mois de séparation. D'ailleurs, c'était entièrement de sa faute, et, pour une fois, elle l'avouerait sans peine.

    En entrant chez le jeune homme, elle avait plus ou moins pour intention de s'excuser et de lui expliquer ce qu'il s'était passé sans pour autant lui donner trop de détails. Elle lui aurait parlé de sa santé fragile, du médecin que connaissait son "père" à Paris, et du fait qu'elle était restée là-bas pour suivre un traitement. Point à la ligne. Elle n'en aurait pas dit davantage, mais cela aurait peut-être été suffisant. Elle se demandait à présent s'il vallait mieux dire la vérité à son compagnon ou si un joli mensonge de sa composition ne serait pas mieux.
    Observant un instant le regard d'Alex, elle essaya d'imaginer ce qu'il ferait de sa vérité, si elle la lui disait. Il lui fallut se mettre à sa place. Quelqu'un débarque chez elle du jour au lendemain, après quatre mois d'abscence, et, quand on lui demande de s'expliquer, répond la moitié de la plus pure des vérités. Alors, elle, être méchant ne résistant pas à l'appel du jeu, qu'aurait-elle fait en apprenant ce cette personne était partie pour se faire soigner d'une maladie suffisament grave pour qu'elle ne tienne à n'en parler à personne ? El' essaya de réfléchir du mieux qu'elle le put, mais, elle eut beau chercher, elle ne fut pas plus avancée avant qu'après ses réflexions. Soit le jeune homme trouverait avec cette vérité un moyen de se venger d'elle, soit, il la laisserait tranquille. Curieusement, elle obtait plus pour la première solution...

    "- Evite de me traiter d'idiot..."

    Les paroles du jeune homme la sortirent enfin de ses pensées.
    Elle retrouva son sourire quelque peu moqueur, mais ne répondit rien. En revanche, sa dernière réplique forçait à la réaction. Tout le reproche qu'il y peusait fut particulièrement marqué sur son prénom, prononcé d'un ton appuyé. Alors là, il fallaitt vite trouver quoi répondre. Mais, tiraillée entre l'envie de dire la vérité, et l'envie de ne surtout pas la dire, elle resta muette un instant encore.
    Qui lui disait que, demain, elle n'aurait pas de nouveau disparu ? Il n'avait en effet aucune assurance à ce sujet, et elle pourrait très bien repartir comme elle l'avait déjà fait une fois. A cette pensée, elle frissonna. Retourner là-bas, vivre encore dans ce lieu désespérément blanc et impersonnel au possible... Jamais ! Il faudrait l'y attacher et l'y retenir de force, car, cette fois, elle serait bien capable de s'enfuir... Remarquez, la première fois qu'elle y était entrée, on lui avait retiré portable, carte de crédit, lime à ongles, et tout objet qui offrait l'éventuelle possibilité de fuguer de ce curieux hôpital...

    - Tu as raison. Tu ne peux pas être certain que je ne repartirai pas, mais, je te rassure, je suis certaine de ne pas vouloir repartir. Une erreur comme celle-ci dans une vie, c'est déjà bien trop... Quant à m'expliquer... Je n'ai pas encore décidé... Si je te dis la vérité, qu'en feras-tu ? Je te connais, Alex, et savoir ce dont tu es capable sur les autres ne me convain pas de te parler franchement, car je n'ai aucune assurance sur le fait que "les autres" ne pourrait pas devenir... moi.

    Elle n'avait pas l'air anxieux pour autant. A quoi bon trembler ? Elle n'avait pas peur. Tant qu'elle gardait son secret pour elle, personne ne pourra l'apprendre -et sans doute pas même All's. Mais si elle en parlait ne serait-ce qu'une fois, il y avait des chances pour qu'elle ait à en souffrir, plus tard... Que faire ?
    Elle pris son parti de se taire, jusqu'à ce que le jeune homme la questionne, s'il tenait réellement à en savoir davantage. Après tout, il avait le droit de tenir à savoir ce qui lui était arrivé, et elle ne le comprenait que trop bien. Elle-même n'arriverait sans doute pas à pardonner quiconque, dans de telles conditions, sans savoir le fin mot de l'histoire...
    Mais alors, que vallait-il mieux ? Tenter de retrouver l'amitié de ses proches quitte à être prise au piège après, ou ne rien faire et se retrouver absolument seule au monde ?
    La jeune femme était franchement dans l'indécision la plus totale.

    Repensant à la phrase qu'Alex venait de prononcer, elle retrouva un demi-sourire, malgré le fait qu'il brillait à présent au fond de son regard une petite paillette de tristesse.

    - Puisque tu en parles, j'aimerais pouvoir me contenter de passer mes nerfs sur toi, mais je ne suis pas certaine que cela t'aide à me haïr moins que tu ne dois le faire à présent...

    Et cela l'attrista un peu plus, quoiqu'elle ne l'aurait pas même avoué sous la torture.
    Elle détourna la tête pour qu'il ne voit surtout pas cette étincelle de désolation qui avait le toupet de s'être installée dans le regard si fier de la jeune femme. Il lui fallait se reprendre, et trouver une moyen d'avoir le pardon et de garder son secret, quitte à forger très vite un mensonge qui tienne la route... Mission impossible ? Pas forcément pour Eleonore, qui se mis dès à présent en quête de quelque chose à dire, si jamais il insistait pour savoir ce qu'il s'était passé, tout en remettaint son esprit machiavélique en route -il faut dire que celui-ci ne lui avait pas servi depuis fort longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 19:31



  • Comment oublier quelqu'un en trois étapes, sans jamais réussir, par Alexander Hellwood, sa majesté ^^.

    Tout d'abord il vous fallait une bonne raison, qui vous pouvvait bien a presque détesté cette personne. Alex n'en était jamais venu a réellement détesté la jeune femme mais il était passé du stade de l'inquiétude a celui de l'ignorance envers la jeune femme. Comment aurait il pu savoir ce qu'elle avait? Il ne savait meme pas qu'elle n'était plus en Angletterre et Alex malgré ces supers pouvoirs de super méchant n'aurait eu aucun moyen de savoir. Si elle avait été dans un hopital en france, pourquoi n'avait elle meme pas envoyé rien qu'un petit sms pour dire qu'elle serait injoignable durant des mois entiers et qu'elle ne donnerait plus aucun signe de vie mais qu'il ne faudrais pas s'inquiéter.

    Ensuite, il fallait vous trouver quelque chose pour vous empecher de penser a la personne en question. Bon cela n'était pas dure a Miami pour Alex, mannequins ou barmaids, peu importait, il avait quelqu'un avec qui passer ses nuits et ne pensait de ce fait que plus rarement a la jolie brune au teint tres clair. Mais a Blueside, c'était différent, tellement plus classique et un vrai manque de folie planait sur la ville. De plus, tout le monde avait changer: les gentils étaient devenu méchants, les méchants n'étaient absolument pas devenu gentil, ils étaient devenu tou simplement pire. Isaac jordan, un ancien ami était passé de l'autre coté de la barriére et se croyait mieux qu'Alex... Dire cela était jouer avec le feu. Bref, a présent, il avait Harlow en maitresse attitrée, ainsi que la jolie Justine. Pourquoi choisir entre les deux? Mais le retour d'Eleonore allait il provoquer un changement?

    Derniére chose pour bien oublier quelqu'un, que cette personne ne redébarque pas dans votre vie: Et voila ce qui allait de travers chez Alex vu qu'Eleonore avait redébarquer ce soir. La chambre ou plutot la suite luxueuse d'Alex n'avait absolument pas changer depuis le temps ou elle y avait ses habitudes. Le jeune Hellwood ne se blasait pas de sa décoration alors il ne voyait aucune raisons d'en changer.Et puis, pour claquer le fric de son pére, il avait bien d'aure moyens que d'engager un décorateur hors de prix, surement directement importé entre guillemets de new york. Bref, quand il ne la voyait pas, il n'y pensait pas, ou plutot tres peu et ne rescentait pas la rencoeur qu'il rensentait en ce moment face a la jeune femme. En lui même il était partagé: Lui dire qu'elle lui avait manqué ou alors lui faire franchement comprendre qu'elle aurait tout du moins pu s'expliquer a défaut de s'annoncer avant d'arriver comme cela.

    C'était bizarre mais il reprenait ses ancienes habitudes, celles qu'ils avaient avec la jeune femme, ce sourire a la fois machiavélique et charmeur, cet air légérement présomptueux si séducteur, mais pourtant son esprit ne le voulait pas. Alors lui le voulait il? Etait il heureux finalement du retour de la jeune femme? Si c'était le cas, il ne souhaitait pas qu'elle le voit, mais plutot qu'elle comprenne a quel point il était énervé contre elle. Cette colére était naturelle apres tout, mais les deux jeunes gens se connaissaient presque par coeur... Enfin avant de ne plus se voir pendant ce laps de temps si long.

    La remarque de la jeune femme le surpris tout de même. " Je te connais, Alex, et savoir ce dont tu es capable sur les autres ne me convain pas de te parler franchement, car je n'ai aucune assurance sur le fait que "les autres" ne pourrait pas devenir... moi. ". Elle avait raison d'un coté, Il avait son genre, pouvait se montrer tres méchant mais pas avec ceux a qui il tenait vraiment. Et par ceux, il pensait Eleonore, même quand elle était partie. Se dire cela avait été comme une sorte de térapie, il avait été déçu par quelqu'un alors ne referait pas la même erreur. MAis la situation se retournait complétement maintenait que ce quelqu'un était revenu.

    - J'ai besoin de te rappeler que niveau comportement tu n'était pas meilleure que moi?

    Il ne se retourna meme pas pour regarder la jeune femme alors qu'il lui répondait, il laissa juste ses paroles aller dans l'air et resonner contre les murs ornés de tableaux. Sur ce coup la elle avait tort en tout cas car il ne se serait pas vraiment amuser a mettre en piece son ancienne partenaire de jeu. Il avait encore un coeur malgré ce que l'on pouvait croire. Il but le reste de sa cupe de champagne cul sec, alors qu'Eleonore lui repondait. Ellre avait raison, se défouler sur lui ne serait pas le meilleur moyen. Et puis, il se souvint d'une phrase tiré d'un texte...

    - Je ne te hais point...

    Le silence s'installa dans la piéce. En théorie cette phrase voulait dire qu'il l'aimait, mais aujourd'hui il avait un doute... Pourraient ils se retrouver comme avant?[/color]

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 20:33


    Comment souffrir affreusement sans que cela ne se voit, ou comment être Eleonore Carrington, par mademoiselle Carrington elle-même :

    Tout d'abord, chers élèves ignorants, on ne naît pas Eleonore Carrington. On le devient. On ne nait pas foncièrement cruel et insensible. On travaille pour atteindre la perfection en ces matières. Et même si l'on étudie cela avec acharnement, jamais on ne peut être complètement hermétique, et il y a toujours un minimum de perfides émotions qui arrivent à filtrer... Le but est de savoir gérer ces émotions au mieux, pour ne pas finir complètement désabilisé, et ce, surtout pas face à un beau brun ténébreux qui a de grandes chances pour être aussi doué que vous en ces matières...

    Cherchons d'abord à savoir d'où vient le mal.
    Eleonore avait passé quatre mois éloignée de tout ce qu'elle connaissait et de tous ceux qu'elle aimait. Elle avait subi un traitement qui l'avait réduite à un état si pitoyable qu'elle se demandait si les médicaments n'étaient pas plus faits pour l'achever que pour la guérir. Elle avait été obligée de réadresser la parole à son "père", chose qu'elle n'aurait voulu ne faire pour rien au monde... Et, quand enfin elle revient, elle se rend compte qu'on lui en veut beaucoup d'avoir été abscente si longtemps.
    En trois mots, voilà ce qui lui faisait du mal.

    Tuons la chose.
    Le tout est de se chercher des excuses et des circonstances atténuantes, et, dans son cas, elles ne manquent pas. Ensuite, il faut se faire un devoir de se rappeler avec un narcissisme démeusuré de qui l'on est et d'où l'on vient. Ceci produit un effet des plus importants sur quiconque est un tant soit peu vaniteux, et cela aide à garder la face. Pour finir, rappelez-vous bien que se mettre en colère et faire des éclats est moins humiliant que de pleurer...

    Une fois que tout cela est dit, il ne reste plus qu'à se tenir à ces belles paroles.
    Là, c'était bien plus dur, d'autant plus que la jeune femme aurait nettement préféré jeter les armes et dire la vérité.
    Le problème de ce jeu auquel ils se livraient tous deux depuis assez longtemps, c'est qu'il faut être au moins deux à y jouer, et que, à partir du moment où l'un joue, l'autre est forcé de faire de même. En effet, si elle laissait tout tomber pour aller épancher sa peine entre les bras de son compagnon, lui avouant la vérité par la même occasion, il pourrait l'atteindre bien plus facilement que si elle restait inflexible et hautaine comme elle savait si bien l'être. Mais, pour une fois, ne pourrait-elle pas être tout simplement humaine ? Ce serait sans doute plus agréable pour lui comme pour elle... Oui, mais il restait cela, ce petit sentiment qui pique tant qu'on ne le titille pas, mais qui brûle dès qu'on y touche : l'orgueil. Goût salé sur les lèvres, il force à taire les sentiments les plus purs, et à garder la tête haute juste au moment où on aurait eu l'envie, si ce n'est le besoin, de se laisser aller.
    Ainsi, Ele n'avait aucun moyen de savoir si le jeune homme serait capable de lui faire du mal comme au autres, si jamais elle lui racontait à coeur ouvert tout ce qu'elle ressentait.

    Un vague sourire erra sur les lèvres rouge vermeille de la demoiselle, aux paroles de son compagnon. Oh non ! Elle n'avait pas été meilleure que lui. Elle avait torturé autant de coeurs et d'esprits, régnant en maîtresse absolue sur les désirs et les passions des autres. Cela lui avait tellement plu !

    - Nous nous amusions bien, dit-elle doucement. Tout cela me manque... J'aimerais faire machine arrière.

    Elle remarqua le sourire du jeune homme. Le même qu'avant. Egal à lui-même, il exerçait une irrésistible attraction sur tout ceux qui l'entouraient, maniant à la perfection le charme suave et la séduction exemplaire, et ce, dans les règles de l'art. Un vrai Valmont, somme toute...

    Pourtant, il vida sa coupe et finit par lui lancer une célèbre réplique tirée de la pièce de Corneille, Le Cid. En plus d'être terriblement beau, il était intelligent et cultivé ! Ele avait toujours beaucoup apprécié cela, chez lui, et il n'était pas rare qu'ils s'envoient quelques phrases extraites des plus grands chef d'oeuvre de la littérature classique, dans leurs discussions enflammées... Enfin, c'était avant. A présent, elle ne savait pas si tout pourrait redevenir ainsi...
    Ce "Va, je ne te hais point" était la réplique envoyée par Chimène à son amant. Que répond don Rodrigue à cela, dans cette pièce de théâtre ? "Tu le dois"... Et Chimène conclut par : "Je ne puis". Ces amants dont l'amour semble alors impossible sont, à ce stade de l'oeuvre, face à un dilème. Exactement comme Alex et Ele...

    - Don Rodrigue et Chimène finissent heureux, et ensemble, pour toujours... Et toi, tu ne me hais point...

    Ce fut là l'unique remarque que la jeune femme se permis d'exprimer. Ces mots avaient une conotation de regret sur un fond glacé. Elle ne souriait pas. Elle n'avait pas pour autant l'air malheureux, mais, simplement, sa vivacité naturelle l'avait abandonnée.

    A présent, cher lecteur, faisons un petite pause, et je m'en vais vous montrer comment, en un instant, tout un idéal instauré depuis des années peut s'effondrer.

    A cet instant précis, la jeune femme se dit que, si elle ne réagissait pas tout de suite, elle risquerait de perdre Alex pour toujours. A cet instant précis, elle réalisa pour la première fois depuis qu'elle connaissait ce dernier que, peut-être, elle était la plus insensible des deux, et admis l'éventualité qu'elle lui avait réellement fait du mal, en s'en allant aisni. Elle ne l'aurait jamais cru, mais à voir toute cette colère et à entendre les mots de celui-ci, elle finit par ouvrir les yeux sur ce qu'elle avait fait, sur ce qu'elle ressentait, et sur ce que lui pouvait également ressentir.

    - Je ne veux pas te perdre.

    Cette affirmation passa le seuil de ses lèvres avant même qu'elle n'ait le temps de la formuler mentalement.
    Ce jour serait à marquer d'une pierre blanche comme celui où, pour la première fois de sa vie, Eleonore Elisabeth Carrington avait dit quelque chose qui venait du plus profond de son âme, et ce, sans y mettre l'ironie et le piquant qu'elle y plantait d'habitude. Après avoir prononcé cette phrase, pour la première fois de sa vie, elle sut ce que c'était que d'avoir vraiment mal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 22:33


    Entre Don Rodrigue et Chiméne et Valmont et Merteuil, il était clair que le couple qu’avait formé les deux jeunes gens était plutot de l’ordre du deuxieme choix. Pourquoi ? C’était simple a expliquer : A l’origine, entre eux deux, il n’était que question de manigance pour detruire les clans respectifs d’Ethan et de Thomas. L’échange d’informations enrte les deux jeunes adultes était gratifiant pour leur égo, pouvant ensuite se vanter d’avoir briser bon nombre de couple et de groupe. Pourtant, ils avaient de quoi être un couple a l’image des séries américaines, la ou quand on était beau tout allait bien et on était gentil et blablabla. Eux ils étaient beaux, et méchants. C’était encore mieux.

    Au bout d’un certain temps, ils comprirent que l’un avec l’autres, ils pouvaient bien s’amuser tous les deux si vous voyez ce que je veux dire.Ils redoublérent de méchancesté avec les autres, mais l’un avec l’autre, les rapports étaient bien moins violent, ils s’entendaient plutot bien. Qui se ressemble s’assemble apres tout. Ils devinrent l’un des couples tres officieux de blueside, the devil couple. Bien évidemment, il y avait ceux qui les détestaient, du genre Jake, mais cela c’était plus personell. Les mauvais coups se faisaient a deux a présent… Pourtant, ils ne se firent jamais de remake des liaisons dangereuses, probleme de jalousie ? Non surement pas.
    Alex avait pas mal de défaut pour le commun des mortels habitant a Blueside. Il était méchant, vil, cruel, diabolique et caetera, mais il avait réussi a transformer ceci en qualité chez lui. A vrai dire ses qualités étaient a la hauteur de ses défauts, c’était dire. Donc de ce fait, il n’avait pas vraiment de point faible connu, il se foutait de ce qu’on pouvait dire sur lui, son égo était assez developpé pour se considéré comme quelqu’un qui était au dessus des lois du fait de ses origines, et pour finir, avec une partenaire telle que Eleonore a ses cotés, qu’est ce que l’un et l’autre pouvaient risqué ?
    Le risque était simple et Alex était tombé en plein dans le piége. Lui qui se vantait de ne tenir a personne et de ne jouir que du malheur des autres était tombé dans le panneau aussi bien que Valmont avec la présidente de tourvel : il s’était attaché a elle et n’avait pas supporter de ne plus voir la jeune femme. Alors il était devenu bien pire qu’avant, poussant le vice a l’extreme. Les filles avaient défilées dans son lit, dans ses draps de satin noir importé directement de new york, peu importait leur condition du moment qu’elle lui faisait oublier le manque du a l’absence d’Eleonore. Et je peux vous l’assurer, ce manque était grand.

    Alors ressentait il de l’amour pour Ele ? Autant demander si le diable pouvait aimer, et cela était assez dur a repondre. Il avait la raison, le pourquoi. Il était clair qu’il avait eu des sentiments pour elle, mais de la a parler d’amour, il y avait tout un gouffre que jamais au grand jamais Hellwood avait franchi. Et du coté de la jeune femme ? La situation était sensiblement la même… Pourquoi les êtres si inhumains ne pouvaient ils pas etre juste humains ? Parce que cela leur enleverait toute leur profondeur et leur charme surement…

    Alex fut interessé par la volonté de faire machine arriére de la jeune femme : c’était bien elle qui avait provoqué tout cela, pour une fois le jeune hellwood junior n’avait été que la victime. Et pour preuve, il avait meme été jusqu'à traversé tout l’ocean atlantique pour aller passer rien que deux jours avec elle. Ha que la faiblesse des hommes pouvait etre grande meme chez les pires d’entre eux ( la narratrice est une fille XD)

    Désolé Eleonore mais même si tu as un coté Chiméne, je suis tres loin d’être Don Rodrigue…

    Les valeurs de l’honneur espagnol et tout ce simulacre de comédie grotesque face a un duel avait presque fait rire le jeune Hellwood. Pour enseigner de bonnes mœurs aux gens, il préférait de loin les liaisons dangereuses et ses aventures d’un autre genre. Bien évidemment, cela pouvait parraitre choquant pour l’époque, mais aujourd’hui c’était presque toujours la même chose, excepté que la forme avait changée, et non le fond. Au fond, il était clair qu’il avait tout d’un valmont, séducteur éternel et sachant user a la fois de son charme et de son talent pour arriver a ses fins, celles qu’il ne laissait jamais tomber.

    Il était obstiné, et buté même. De plus, il était rancunier et envers la jeune femme cela aurait pu être bien pire si elle n’avait pas ajouter cette derniére réplique. Pourquoi aimait il tant blessé les autres et pas elle ? Il ne le comprendrait surement jamais, et même apres ces quatres mois a la fois de colére et d’indéférence finale pour celle dont il n’avait plus aucune colére, il ne la haissait point. Instinctivement, il se mordit la lévre inférieur, tic qu’il avait pris apres le départ de la belle.

    Il pouvait y répondre de deux façons différentes, soit tres cruellement, lui repprochant une éniéme fois son absence pour une raison qu’elle n’avait pas encore voulu lui évoquer, ou alors faire table rase du passé et lui dire a quel point elle avait pu lui manquer. Alex n’en avait pas la moindre idée. Du champagne, ca ca l’aiderait surement, mais il venait de finir sa coupe et n’avait meme plus le courage de s’en resservir. Il était le diable en personne, mais face a elle, c'était tellement différent. Il aurait été en face de Jake ou de Alexandre qu’il aurait fait preuve de cynisme mais la a ce moment la, il fut incapable de faire un choix entre ces deux facettes si contradictoire.

    Il se leva et alla a son tour regarder la vue qui s'étendait sur blueside, incapable de dire quoi que ce soit car il savait que cela aurait un impact dans un sens ou dans l'autre sur les deux jeunes gens...



Spoiler:
 

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mar 2 Sep - 23:15

Spoiler:
 



    Pouvait-on vraiment parler de couple, dans leur cas ?
    Les gens, de façon générale, voient les couples comme une alliance de deux personnes qui éprouvent de forts sentiments l'un pour l'autre et qui, associés, atteignent quelque chose de presque mystique, que l'on appelle communément l'Amour. Les couples que connaissait Ele (ceux qu'avaient formé ses amis, par exemple) ressemblaient un peu à un idéal doux ou l'on se dit de jolis mots en se tenant la main jusqu'à ce qu'un petit éclat vienne tout faire basculer. Que de mièvreries et d'illusions ! Aphrodisiaque mélange de "je t'aime" et de "moi non plus"... Un mot de travers et on est en pleurs au téléphone à expliquer à sa meilleure amie en long, en large, et en travers, que son petit copain est un idiot qui ne comprend rien à rien. Ele avait toujours considéré ce genre de couple comme étant débutants, pauvres âmes qui ne cherchaient que de pâles satisfactions en s'offrant l'illusion du plaisir à deux.

    Jamais, au grand Jamais, cela ne s'était passé ainsi entre Alex et elle. Elle ne l'appelait pas "mon petit ange que j'aime" et il ne lui répondait jamais "mon canard en sucre" (si jamais il avait osé l'appeler ainsi, elle lui en aurait collé une ^^), ils n'avaient jamais vraiment tenu à s'afficher en public ou à se dire des mots tendres. La jeune femme considérait qu'il s'était plus formé entre eux comme un pacte, et que leur association, du jour où ils s'étaient rencontrés, était tombée comme une évidence. Si proches de caractère qu'ils l'étaient, ils ne pouvaient pas faire autrement que de s'apprécier... Mais alors, pourquoi n'étaient-ils pas seulement amis ? En essayant de trouver une réponse à cette interrogation mentale, Ele avait fini par se dire que c'était sans doute parce que leur relation était à la fois trop fusionnelle et trop ambiguë pour être considérée comme de l'amitié.

    Ainsi, elle se dit qu'il faudrait imaginer un autre mot que celui d'amour pour définir les sentiments qu'elle éprouvait pour lui.
    Et puis, il y avait vraiment eu des fois où elle avait eu envie de l'étrangler aussi fort que de le prendre dans ses bras et de le couvrir de baisers.
    Elle n'avait -heureusement pour elle- jamais vraiment fait ni l'un, ni l'autre !
    Ainsi, à la réponse d'Alex, elle haussa les épaules.

    - Si tu avais été un don Rodrigue, je t'aurais considéré indigne de moi, alors...

    Le compliment qu'elle lui faisait n'était que sous-entendu, mais, venant d'Ele, c'était déjà gentil.
    Au moins aussi gentil que son "je ne te hais point" de toute à l'heure.

    Il vint bientôt se placer devant la baie vitrée, non loin d'elle.
    L'air sérieux qu'il arborait la déprima un peu, et elle porta un moment son attention sur le panorama. De nuit, c'était encore plus beau qu'en journée. Toutes les lumières de la ville scintillaient comme autant de lucioles dorées, paillettes brillantes comme projetées sur un écran noir. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas tenue ici, pour admirer Blueside. C'était vraiment de chez Alex que l'on avait la meilleure vue sur l'ensemble des lieux allentours.
    Quand elle releva les yeux vers lui, il se mordait la lèvre inférieure. Elle ne l'avait jamais vu faire cela, avant, et cette mimique lui parut curieuse, sans pour autant qu'elle ne cherche à l'interpréter.

    - Tu ne dis rien ?...

    Pourtant, elle aurait cru qu'il aurait une réaction, à la phrase qui lui avait échappée, un instant plus tôt.
    Tout de même, ce n'était pas tous les jours que l'on entendait Eleonore Carrington dire la première chose qui lui venait à l'esprit, le plus sincèrement du monde... Ce silence, d'ailleurs, commençait à l'agacer. Si au moins il s'était emporté, elle aurait su comment l'amener à l'écouter, mais, comme il ne disait absolument rien, elle-même n'osait pas parler. Pourquoi ne lui posait-il aucune question ? Cela aurait été plus facile pour elle... Elle ne savait pas par quoi commencer, ni s'il lui fallait d'abord s'expliquer, ou s'excuser, ou encore trouver un sujet de discussion tout autre...

    - Alex dis quelque chose... Ce que tu ressens, à quel point tu m'en veux, si j'ai une chance de récupérer ton amitié, je ne sais pas, moi, mais, je ne supporte pas ce silence...

    Elle avait beau jeu de dire cela ! Lui, il avait bien été obligé de le supporter, son silence à elle !
    Quand elle se rendit compte que ce qu'elle venait de dire pourrait mettre le feu aux poudres, elle ouvrit de grands yeux, et se mordit la lèvre à son tour. Alors, là, elle venait de lui tendre une perche ! Si, après cela, il ne lui crachait pas à la figure tout ce qu'il avait sur le coeur, toute sa colère, elle n'y comprendrait vraiment plus rien...
    S'attendant à entendre bientôt une cascade de reproches lui tomber dessus, elle retint son souffle, et attendit patiement l'heure de vérité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 13:04

Spoiler:
 

    Roméo, Roméo, pourquoi es tu roméo... Cette piéce était un véritable classique au niveau des miévreries et cela insupportait légérement le jeune Hellwood. Ces versions beaucoup trop romantiques étaient destiné a faire continuer de vivre les comtes de fées, et aussi a occuper les ménagéres de moins de cinquante ans qui désespérement a la recherche d'un mari mieux que le leur pouvaient s'imaginer dans la peau d'une adolescente d'une quainzaine d'année condamnée a la fin a mourrir... Trop triste, trop impossible et beaucoup trop beau pour être vrai, quoi qu'Alex n'appelait pas vraiment cela beauté. C'était trop commun et bientot tout le monde s'était fourgué cette idée de bonheur idéal, une véritable idylle devait avoir ce coté a la fois passionel et dramatique... Qu'est ce que le monde pouvait gober quand même...

    Il était carrément vrai qu'entre Eleonore et lui, il n'avait jamais été de conneries, passez moi l'expression, pareille a ce modéle si usé. De toute maniére que ce soit l'un ou l'autre qui ait sorti cela, le second lui aurait rit au nez d'une maniére bien peu aimable surement. Ils se connaissaient par coeur et avaient sensiblement et les mêmes gouts, et des idées similaires.
    Le role d'amoureux transi n'était pas vraiment au gout d'Alex, qui n'avait pour beaucoup de personne meme pas de coeur, alors une fois de plus, Valmont était un modéle des plus satisfaisant... A la mesure de Dom Juan peut etre aussi, quoi que la perfidie du premier lui plaisait plus, ainsi que les sphéres dans lesquelles il évoulait.
    De plus, chaque conquête n'était pas que purement sexuelles, quoi que certaines si, mais pour d'autre, c'était une sorte de challenge personel, une sorte de divertissement bien mieux que mtv quand le jeune homme s'ennuyait ferme, et croyez moi, a Blueside, c'était courant.

    En écoutant la jeune femme, il se rendait compte qu'elle n'avait pas énormément changer, ou alors qu'elle faisait son possible pour ressembler a celle qu'Alex connaissait depuis le temps. Il n'aurait jamais pu imaginer son séjour a l'hopital, et ne l'imaginerait surement pas si elle ne lui disait pas. Il n'avait pas l'esprit d'un auteur de la série 24 heures chrono pour inventer des intrigues. Pour lui, il se contentait de la version officielle: elle avait été absente pendant quatre mois donner aucun signe de vie, et avant de la voir devant lui, il était heureux de s'en contenter pour se donner une sorte d'excuse pour avoir abandonner tout espoir et avoir repris ses adorés anciens travers.

    La vue qui so'ffrait a lui avait été l'un des facteurs qui avait enlevé son air déprimé a Alex lorsqu'il était rentré a Blueside. Cette vue s'étendait sur tout blueside, créant un vrai panorama de lumiére en cette nuit qui n'était que tres peu étoilée. Il n'y avait plus beaucoup d epersonnes flanant a l'extérieur car l'heure commencait a avancer dans la nuit et tout le monde préférait le confort douillet de son chez soi. A la rigueur, Alex était pareil, mais a voir la suite qui lui servait de chez lui, et bien c'était tout a fait compréhensible. Mais il ne réagissait toujours pas, préférant le mutisme a des paroles dont il n'avait aucune idée des conséquences.

    Il ne voulais rien dire pour le moment, préférant réfléchir a toute cette situation et a cette visite si impromptue. Il ne s'attendait pas a la voir débarquer a noueau un jour dans sa suite, surtout apres ce long mois... Ce n'était pas vraiment comme il l'avait imaginer apres tout, laissant eclater sa colére. Il se souvenait du bon vieux temps, et se découvrait un coté sentimentaliste qu'il n'aimait pas beaucoup...

    -Tu veux m'entendre réagir? Tu ne supporte pas ce silence? Eleonore, ce n'est pas moi qui l'ait créer en ne donnant plus de mes nouvelles pendant de longs mois, ce n'est pas moi qui ne veux rien dire de peur que celui qu'elle sait comme quelqu'un comme elle le dise a tout le monde... Mais tu me prends pour qui Eleonore??! Tu as consulté ta messagerie? Tu as vu combien de fois j'ai voulu prendre de tes nouvelles? Toi tu reviens comme cela ici... Voila ma réaction et pourtant je ne te dis meme pas ce que je ressent...

    Il svait que ces paroles étaient blessantes mais il en avait besoin... Peut etre que cela enfin dit, ca irait mieux pour lui, mais surement pas pour elle et il se mordit a nouveau la lévre inférieur, replongeant son regard profond dans la vue apnoramique de blueside.

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 14:12

Spoiler:
 



    Shakespeare était bel et bien l'un des princes du théâtre baroque, et avait été en quelque sorte novateur à son époque, car il avait su mettre un peu de comique dans les pièces aux dénouements les plus tragiques. Ele avait lu Romeo and Juliet plusieurs fois, et, à chaque fois, avait été cruellement déçue de ne pas ressentir lors de ses lectures l'emportement et l'exaltation dont parlaient tous ces amoureux de la tragédie shakespearienne. Le style d'écriture lui-même lui paraissait trop pompeux pour être naturel, et elle le trouvait parfois même emphatique. Vous direz que c'est bien curieux qu'une jeune femme de dix-neuf ans se permette de penser cela d'un véritable chef d'oeuvre comme celui-ci, mais il n'en est pas moins vrai qu'elle savait précisément ce qu'elle aimait et ce qu'elle n'aimait pas, et, elle n'aimait tout simplement pas Shakespeare.
    La seule phrase tirée de cette pièce de théâtre qui l'avait marquée était celle-ci : "My only love sprung from my only hate !" Elle trouvait cette phrase profondément jolie, le contraste amour/haine l'ayant toujours beaucoup attirée. Ainsi, l'amour de Juliette pour Roméo est absolument impossible et irréalisable, car il s'oppose à la haine des Capulet envers les Montaigue. Résidait donc dans cette unique ligne, du point de vue de la demoiselle Carrington, le seul sentiment qui vaille la peine d'être connu, car le reste n'était que mièvreries et illusions.

    Pourquoi aurait-elle changé ? Au contraire, elle voulait rester elle-même, car quatre mois d'hôpital ne pouvait altérer un tempérament comme le sien. Néanmoins, elle s'était sentie humiliée de trop nombreuses fois, car elle avait toujours aimé se croire forte et infaillible, et cette maladie qu'on lui avait découverte ne faisait que briser ses illusions à ce sujet. Mais elle partait justement du principe que, tant que personne ne saura ce qui lui est arrivé, elle pourrait continuer à arborer son air hautain habituel, tandis que, si la la savait plus fragile qu'elle ne le montrait, elle ne savait pas comment il lui faudrait réagir. Ah ! Le jugement des autres !... Jusqu'à aujourd'hui, elle n'en avait jamais rien eu à faire. Forcément, quand tout va bien, que l'on a la richesse, la gloire, et la notoriété publique, on n'a aucun besoin de s'inquièter pour son image. Mais dès qu'un éclat vient nuire à ce joli tableau, on se noie dans un verre d'eau...

    Les espoirs et les illusions s'en allèrent en fumée dès qu'Alex haussa le ton.
    Alors, il faudrait lui dire. Elle tenait trop à lui pour accepter de le perdre sans rien faire pour essayer de le retenir. Et, pourtant, elle avait un peu peur, à présent. Si de savoir ce qu'il lui était arrivé changeait les choses entre eux ? Remarquez, si elle ne disait rien, les choses demeureraient comme en cet instant : Alex serait en colère, et elle serait coincée. Ce n'était pas acceptable. Elle comprenait que le jeune homme lui en veuille, et sa colère était légitime, mais... Ce "tu me prends pour qui ?!"... C'était troublant... Voulait-il dire qu'il garederait le secret, si elle le lui demandait ? Est-ce qu'il tenait vraiment plus à elle qu'aux autres ? Ele s'interrogeait à ce sujet car, même si leur relaion avait toujours eu quelque chose du fusionnel, il n'avait jamais été particulièrement gentil avec elle. Elle n'aurait certes pas voulu qu'il le soit, mais, s'il l'avait été, au moins, cela aurait été plus clair, et elle aurait été certaine qu'elle pouvait tout lui dire sans crainte.
    D'un autre côté, elle se souvint d'une chose qui faisait partie d'elle : le goût du risque. Ce fut le dernier argument qu'elle s'auto-soumis pour se persuader de parler à Alex. Après tout, il pourrait faire ce qu'il voudrait de sa vérité. Elle était suffisament douée et calculatrice pour pouvoir faire face à ce genre de problème...

    Elle posa un doigt sur les lèvres du jeune homme pour ne pas qu'il continue son discours, et se plaça entre la baie vitrée et lui, afin qu'il la regarde elle, et non le panorama.

    - D'accord, d'accord... J'ai compris, tu m'en veux terriblement, et... je comprends. Je suis... Enfin je suis vraiment désolée...

    Elle détestait s'excuser. C'était un peu comme si on lui enlevait quelque chose de sa splendeur et de son panache. Mais, au vu des circonstances, c'était le moins qu'elle pouvait faire... En plus de lui donner des explications, chose qu'elle commença à faire avec une certaine appréhension.

    - Ecoute, je vais te dire ce qu'il m'est arrivé, mais j'aimerais que, pour le moment, cela reste entre nous... Je ne sais pas ce que je vais dire aux autres, mais j'aimerais mieux que, quoique je décide de faire, cette initiative vienne de moi et non de propos qui t'auraient échappés au cours d'une discussion avec je ne sais qui...

    Elle marqua une pause pour scruter le regard sombre du jeune homme. En cet instant, il était en position de force par rapport à elle, car elle s'apprêtait à lui livrer des informations la concernant qui la gênaient beaucoup. Qu'importe, c'est tout ce qu'elle méritait, après tout... Elle prit une longue inspiration, et commença :

    - Je n'ai pas passé quatre mois dans mon castel anglais à regarder les oiseaux voler, et ce n'est pas pour faire du mal à qui que ce soit que je n'ai jamais téléphoné. En fait, quand tu es parti de chez moi, je suis allée en France. Ma mère avait réussi à me convaincre d'aller rejoindre là-bas son ex-mari, qui a un ami médecin. Cela fait maintenant six mois que l'on m'a découvert une maladie cardiaque, et c'est pour suivre un traitement que j'ai fais ce que m'a conseillé ma mère. Mon "père" m'a conduite au cabinet de son ami, qui m'a annoncé après m'avoir fait passé tout un tas d'examens que je pouvais commencer le traitement, mais qu'il y avait aussi des chances pour que l'on soit finalement obligé de m'opérer. J'ai accepté. J'ai tout accpeté en bloc : les trois mois d'hôpital, les médicaments qui me mettaient dans un état lamentable, les infirmières blondes qui me caressaient le bras en me disant de ne pas m'inquièter, les blouses blanches, le scalpel... Bref...

    Elle détourna le regard, se sentant de plus en plus mal à l'aise. Dire tout cela froidement ne lui faisait pas du bien, croyez-moi...
    Quand elle repris, ce fut à mi-voix, comme si elle avait peur que quelqu'un d'autre qu'Alex ne l'entende.

    - Mon "père" venait me voir tous les jours. Si tu crois que je ne voulais pas vous appeler, toi, October, ma mère, tout le monde, tu te trompes. Crois-le ou non mais c'est un peu comme s'ils m'avaient tous fait un lavage de cerveau, là-bas... Ils m'ont persuadée qu'il vallait mieux que je n'appelle ni ne cherche à parler à personne, et, pour être sûrs que je ne le fasse pas, il m'ont retiré tout moyen de joindre l'extérieur. Ma mère m'a expliqué qu'il allait entrer à la tête d'une grosse société et que le coup de la fille malade n'était pas une bonne publicité pour lui. C'est sans doute pour cela qu'il a tenu à m'éloigner de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un téléphone portable ou à un ordinateur... Il ne voulait pas que cette affaire s'ébruite pour ne pas ternir sa réputation d'homme riche pour qui tout va bien. Je le déteste.

    Elle se força à retrouver un demi-sourire qui sonnait faux, mais qui lui donnait du courage.

    - Je ne veux pas que l'on me plaigne, et, pour cause, on est sûr à quatre-vingt-dix pour cent que je suis à présent hors de danger. Alors, voilà, je suis de retour, et pour de bon...

    Elle attendit la réaction du jeune homme avec un impatience notoire, se demandant s'il allait lui rire au nez ou se fâcher de nouveau.
    Mais, curieusement, lui avoir dit tout cela la faisait se sentir moins coupable, et elle savait à présent que, quoiqu'il se passe, elle saurait affronter les faits en face...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 16:47

A ce moment précis, Il y a 6.700.457.955 personnes sur terre. Certaines doivent s'inquièter. Certaines rentrent chez elles. D'autres mentent pour passer leur jounées tranquilles. D'autres encore doivent affronter la vérité. Certains sont des malfesants en guerre contre le bien. Et certains autres sont bons et doivent combattre contre le mal. 6 milliards de personnes sur terre. 6 milliars d'âmes. Et parfois, on aurait besoin que d'une seule.


    Ce petit texte, tres court tiré d'une série pour ado avait quand même raison. Au final, les séries américaines en vogue n'étaient peut etre pas si abrutissante que cela pour la jeunesse mondiale. Bien évidemment, petite narratrice que je suis, j'ai remis le compteur de la population a aujourd'hui, 14h38. C'était étrange de voir a quel point la terre pouvait être peuplé, cela en étant même étourdissant, mais quand deux jeunes gens se trouvant dans la même piece faisaient leur retrouvailles, on pouvait les sentir étrangement seul au monde. Que faisaient ces autres personnes? Dormaient elles? Regardaient elles la télé? Se disputaient elles? On n'aurait jamais pu savoir, bien évidemment, mais on pouvait tout de même s'interesser a deux d'entre eux...

    Deux personnes se trouvaient dans une suite du plus luxueux hotel de la ville. Un homme et une femme, des anciens amants ne s'étant pas retrouvé depuis longtmeps. Contrairement a ce que veux la coutume, la joie ne regnait pas exactement dans la chambre, on pouvait même dire qu'une ambiance glaciale avait trouvé son territoire. Pourquoi Alex n'arrivait pas a faire table rase de ce passé? Pourquoi ne se contentait il pas d'être heureux comme tout le monde lorsqu'une connaissance chére revient vous voir? Parce qu'Alexander Hellwood, premier du nom, n'était pas exactement comme tout le monde. A vrai dire, il n'aimait pas la masse des personnes, tous des clones qui n'avaient qu'un seul principe, se faire aimer de tous et passer pour de vrais naifs et abrutis...

    Il avait été élevé en suivant les memes codes que tout le monde, mais avait vite comprit a quel point il était facile d'obtenir ce qu'on l'on voulait en brisant ces codes. Il était devenu de ce fait cynique, cruel, et machiavélique, et ce qui ne gachait rien était le fait qu'il avait un charme presque irresistible... La grande force du jeune homme était de se sentir au dessus des autres, cela du a un égo tout d emême imposant, mais malheureusement pour lui, il avait trouvé quelqu'un de si similaire a lui qu'il s'y était ataché et s'était donc trouvé une faille...

    Maintenant la situation clairement résumée, on pouvait mieux comprendre ce qui se passait dans le cerveau calculaterre de l'héritier de la fortune Hellwood. Et non, tous les héritiers d'empires hoteliers n'étaient pas aussi idiots que paris hilton... Bref, Alex n'était pas vraiment un habitué ni des remords, ni des excuses, mais pour le moment, il ne regrettait pas ce qu'il venait de dire a la jeune femme. Même s'ils étaient profndément vils, l'un envers l'autre, ils l'étaient tout de même moins. Elle s'excusa, mais des excuses sans raisons ne plaisaient malheuresement pas plus a Alex. Oui il était pénible, et il le savait parfaitement, arrivant meme a en etre fiér.

    Mais Eleonore semblait avoir comprit qu'elle aurait du mal a le recupérer mais visiblement, elle le souhaitait vraiment. Ce qui lui étaitarrivé pendant ces quatres mois avait l'air de la géné terriblement, comme si elle avait été employé de force dans une maison close ou un truc de ce genre... Ok ma comparaison n'est pas terrible, mais elle exprime bien le tout. Alors qu'elle lui demandait de garder le secret jusqu'a ce qu'elle trouve un truc a dire au autres, une lueur d'approbation passa dans le regard d'Alex. De toute maniére, il n'aimait faire tomber que les gens qu'il n'aimait pas vraiment, et même apres cela, il ne pouvait s'empecher d'apprécier la jolie brune malré sa rancoeur.

    Je n'ai pas passé quatre mois dans mon castel anglais à regarder les oiseaux voler, et ce n'est pas pour faire du mal à qui que ce soit que je n'ai jamais téléphoné. En fait, quand tu es parti de chez moi, je suis allée en France. Ma mère avait réussi à me convaincre d'aller rejoindre là-bas son ex-mari, qui a un ami médecin. Cela fait maintenant six mois que l'on m'a découvert une maladie cardiaque, et c'est pour suivre un traitement que j'ai fais ce que m'a conseillé ma mère. Mon "père" m'a conduite au cabinet de son ami, qui m'a annoncé après m'avoir fait passé tout un tas d'examens que je pouvais commencer le traitement, mais qu'il y avait aussi des chances pour que l'on soit finalement obligé de m'opérer. J'ai accepté. J'ai tout accpeté en bloc : les trois mois d'hôpital, les médicaments qui me mettaient dans un état lamentable, les infirmières blondes qui me caressaient le bras en me disant de ne pas m'inquièter, les blouses blanches, le scalpel... Bref... Mon "père" venait me voir tous les jours. Si tu crois que je ne voulais pas vous appeler, toi, October, ma mère, tout le monde, tu te trompes. Crois-le ou non mais c'est un peu comme s'ils m'avaient tous fait un lavage de cerveau, là-bas... Ils m'ont persuadée qu'il vallait mieux que je n'appelle ni ne cherche à parler à personne, et, pour être sûrs que je ne le fasse pas, il m'ont retiré tout moyen de joindre l'extérieur. Ma mère m'a expliqué qu'il allait entrer à la tête d'une grosse société et que le coup de la fille malade n'était pas une bonne publicité pour lui. C'est sans doute pour cela qu'il a tenu à m'éloigner de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un téléphone portable ou à un ordinateur... Il ne voulait pas que cette affaire s'ébruite pour ne pas ternir sa réputation d'homme riche pour qui tout va bien. Je le déteste.

    Oua, maintenant il comprenait mieux, enfin il essayait en tout cas. S'appitoyer sur le sort des gens n'avait jamais non plus été sa plus grande marque de fabrique mais malgré tout, il tenait énormément a Eleonore. Au final, il avait bel et bien un coeur. Il était légérement sous le choc de la révélation d ela jeune femme. Eant un expert en mensonge, il la savait sincére. Oui des années de pratiques a faire des coups en douce et a mentir a ceux qui le méritaient cela forgeait un oeil et une oreille capable de détecter une vérité d'un mensonge. Il comprenait a présent pourquoi elle ne donnait plus de signe de vie, car techniquement parlant, elle ne vivait plus vraiment sa vie. Si elle avait été hospitalisée comme cela pendant de long mois, elle n'avait plus du être la Eleonore qu'il connaissait et son retour a Blueside d'un autre coté la ramenait.

    Alex détacha son regard de la vue panoramique de la ville, pensant que la personne qui était devant lui méritait plus d'attention que la ville degens qu'il n'appréciait que fort peu. Bizarement, il était beaucoup moins en colére, de toute maniére, comment aurait il pu l'être apres avoir appris que sa complice entre guillemets aurait pu mourrir? Ironiquement et intérieurement, il se dit que c'était bien qu'il n'y ait pas eu d'effusions de joie... Neammoins, il ne trouvait pas les mots exactes a dire a la jeune femme.

    - Hum.. Te dire que je suis désolé serait un euphémisme, tout comme te dire que ton ex beau pére est con je pense... Finalement, tu as une famille bien plus pourrie que la mienne...

    Détendre l'atmosphére était peut etre le mieux a faire a présent, mais il ne savait pas comment... L'instant était délicat et Alex n'était pas vraiment doué pour ses choses la.

    - Ok hum... je crois que j'ai peut être trop parlé tout a l'heure en fait.

    C'était assez rare de voir le jeune Hellwood chercher ses mots sans les trouver, mais a situation exceptionelle, personnages exceptionnelles et ces deux la auraient pu être des héros d'une grande oeuvre classique.

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 17:25


    Imaginez-vous une minute passer quatre mois dans un hôpital. Mieux : imaginez-vous être enfermé quatre mois dans un hôpital. En effet, ce n'est pas la même chose que d'être forcé de travailler dans une maison close, mais, moralement parlant, c'est tout de même difficile.
    Pire encore : Imaginez-vous une minute comme étant Eleonore Carrington. Je sais, c'est dur, mais vous allez vous en sortir, et je vais vous aider... Adorable brune consciente de son charme et de son pouvoir de séduction, accro du shopping, inséparable de son portable, parfaitement hautaine, et détestablement machiavélique. Vous voyez un peu le genre ?
    Alors, à présent, imaginez les deux en même temps : une Eleonore coincée dans un hôpital sans la moindre chance d'en sortir avant d'avoir été charcutée par dix chirurgiens aux mains moites. Je vous passe les visions sanguinaires car, contrairement à mon délicieux personnage, je ne suis pas foncièrement cruelle...
    Bref, vous ne pouvez à présent que comprendre que ces quatre mois furent durs pour elle.

    Dites-vous à présent que de raconter tout cela au jeune homme était terriblement rabaissant pour elle, qui aimait mieux se montrer méchante que sensible, et qui préférait de loin faire du mal aux autres que de leurs montrer qu'elle-même pouvait souffrir. Pourtant, elle se sentait à présent bien mieux qu'un instant plus tôt, car elle avait cru lire dans le regard noir de son compagnon l'assurance qu'il ne dirait rien aux autres. Puis, il eut une réaction des plus adorables, et réussit même à faire sourire la jeune femme. Il avait raison, d'ailleurs, son père... enfin, il ne méritait pas même cette appellation, mais, pourtant, quand il l'avait accueillie chez lui, il y a de cela quatre mois, elle avait, l'espace d'un instant, vraiment cru qu'il s'inquiètait pour elle, et qu'il voulait qu'elle aille mieux. Ah ! Elle était tombée de haut en se rendant compte qu'il tenait plus à ce qu'elle soit soignée pour ne par ternir son image à lui plutôt que parce qu'il n'aimait pas la savoir en danger... Les idées sur son père était les dernières illusions de petite fille qu'il restait à Ele, et il les avait définitivement froissées, avec toute cette histoire.
    Quant aux parents d'Alex... Elle n'avait jamais très bien su ce qu'il n'allait pas chez eux, mais, une chose était sûre, ils n'étaient pas une famille aimante sur qui pourrait compter le jeune homme. Mais, ne voulant pas songer à toutes ces histoires familiales, elle ne fit aucun commentaire sur son propre père, et se contenta de répondre à la deuxième remarque de son ami.

    - Non, c'était tout à fait légitime... J'aurais été en colère, moi aussi, si tu étais parti du jour au lendemain sans me donner de nouvelles...

    Elle ne dit rien, pendant un moment. Elle devait être très amusante à observer, à présent. En effet, à partir de cet instant, elle disait mentalement adieu à la Eleonore qu'elle avait été pendant quatre mois, et retrouvait avec joie celle qu'elle n'aurait jamais du cesser d'être. Ces retrouvailles furent visible, car elle arborait à présent un sourire d'heureuse satisfaction, et, à la voir, on aurait cru qu'elle n'avait jamais eu la conversation précédente avec Alex.
    D'ailleurs, elle lui fit vite comprendre qu'elle ne voulait plus parler de tout cela. Elle n'en pouvait plus de penser aux salles blanches, aux hommes graves, à cette odeur entêtante de morphine et à toute cette atmosphère glacialement peusante de l'hôpital...

    S'échappant un instant, elle alla récupérer leurs flûtes, remplit de nouveau celle du jeune homme, et retourna auprès de lui en la lui tendant.

    - Ma première coupe de champagne depuis quatre mois, commenta-t-elle d'un air ravi. J'espère que tu es prêt à retrouver la vraie Eleonore, car je ne supporte plus l'autre !

    Le bruit cristalin que produisirent leurs coupes en s'effleurant lui rappela les soirées de fêtes passées tous ensemble... Elle avait hâte qu'il y en ait d'autres... En fait, tout ce qu'elle voulait, c'était reprendre son ancienne vie. Elle n'aspirait qu'à cela, et avait l'air tout disposé à s'y remettre de bon coeur, si je puis dire... En espérant que cet organe battant ne ferait plus des siennes...

    - Alors, dit-elle au bout d'un instant, quels étaient les projets de monsieur Alex Hellwood, pour ce soir, et que j'ai impitoyablement chamboulés ?

    Et elle rit doucement, de son rire frais et agréable, qu'elle n'avait pas eu depuis longtemps. Son rire d'avant...

    Tout ce qu'elle espéra fut qu'aucune jolie blonde ne frappe à la porte de son ami ce soir. Elle n'était pas revenue pour apprendre qu'il passait ses soirées avec nombre de mannequins aux sourires mutins et aux yeux en amande -même si elle se doutait que c'était pourtant le cas. Et puis, cela l'ennuirait d'être oligée de la raccompagner à la porte en lui expliquant que monsieur Hellwood avait changé ses projets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 18:52

    Passer par l'épreuve qu'avait visiblement traversé la jeune feme aurait été extremement difficile voir impossible pour le jeune Hellwood. Il avait besoin de se sentir vivant, d'avoir le controle sur lui même et non pas de rester dans une sorte de semi coma pendant plus d'un trimestre. Ne plus pouvoir communiquer avec le monde extérieur devait surement être pénible, d'ailleur c'était pénible pour le fameux monde extérieur, Alex en avait fait les frais, mais se sentir enfermé quelque part devait etre le pire. Alex pensait en connaitre quelque chose, mais a propos d'une ville: En tout sincérité, le jeune homme haissait littéralement Blueside, c'était clair et net: il ne voyait pas du tout l'utilité de venir finir son diplome ici. Mais voila, tout le monde devait rendre des comptes a quelqu'un et Alex c'était encore et toujours a sa famille.

    Alors apres un séjour d'enfer a Miami, il était revenu ici, dans sa bonne vieille ville ou il ne voulait plus du tout remettre les pieds mais ou il fut bien obligé faute d'héritage par la suite sans cela. Alex connaissait bien ses priorités non? De plus, il pensait retrouver Eleonore dans la petite ville la plus calme d'Amérique, mais a sa grande surprise non. A présent, il comprenait mieux a présent. Quoi qu'une chose manquait toujours a sa compréhension: pourquoi au début du traitement n'avait elle pas appelé pour dire qu'elle serait absente un bon bout de temps, juste histoire de prévenir, meme pas de donner de raison... Enfin pour le moment, il allait éviter de poser la question pour éviter que leur conversation ne retourne au vinaigre.

    Concernant la famille de Alex, et ien il avait été tres tot habitué a se débrouiller parses propres moyens et il avait de ce fait endosser le costume de gosse de riche qu'il portait encore aujourd'hui. Lui était coincé a vegas pendant que ses parents étaient dans le monde entier, surveillant leurs casinos, mais Alex ne se déplaisait pas a être seul. D'ailleur des son quinzieme anniversaire, il avait eu sa propre suite. Sa solitude vis a vis de sa famille ne le dérengeait pas, juste le fait qu'apres ne aps s'être occupé de lui pendant tres longtemps sa mére se soucie de ses études et le renvoi ici, la c'était trop gros meme pour Alex.

    - A vrai dire, je l'ai été pas mal...

    Et il ajouta mentalement qu'il avait fait pas mal de choses qui allaient avec... Evidemment Alex n'était aps un saint. D'ailleurs s'il l'était Eleonore ne le supporterait pas et lui même non plus, donc la question était réglée, mais il pensa que ne rien dire a la jeune femme valait bien mieux que de dire cette verité crue et cassante. Il ne voulait pas fragilisé son coeur, hum hum. Comme je le disais précédmement, l'indifférence avait succeder a la colre, mais celle si avait fait sa réapparition directe quand il avait recu son coup de fil de la part du receptioniste en bas. Il ne connaissait pas Eleonore, ne l'avait jamais vu car il n'avait pas assez d'ancienneté et d'un coté c'était bien car un autre l'aurait fait monter directement et la Alex aurait cru voir un revenant...

    La jeune femme rapporta sa coupe a Alex. Alors ils allaient fêter cette nouvelle, qui n'était pas bonne vu qu'elle avait été hospitalisé ^presque dans les même conditions que dans un asile visiblement, mais tout de même. Son retour a Blueside, voila ce que c'était. Le retour du devil couple aussi?? Ca Alex n'en savait vraiment rien. Les deux héros allaient ils pouvoir retrouver leur vie comme avant, étant aussi méchants et faisant comme si rien ne s'était passé? Bonne question a laquelle Alex n'avait aucune réponse meme si intérieurement, il regrettait ce temps.

    - Je n'ai connu qu'une seule Eleonore et je ne veux pas voir l'autre...

    Alex avait toujours ce ton bas et grave qui donnait a sa voix quelque chose de sensuel et de tellement séducteur. Associée a l'un de ses sourire, cela ne pouvait pas être plus irresistible et pas mal de fille de blueside et miami étaient tombée dans le fameux piége. Malgré tous les défauts qu'il avait Alex n'était pas vantard, curieux mais vrai, tout le monde savait que c'était un courreur de jupon mais il taisait les noms, laissant planer une atmosphére de doute sur l'identité des filles en question, c'était bien plus drole...

    - Hum... Il comptait aller se coucher... hum hum

    Il fallait bien comprendre tout l'iroie d'Alex la dedant car si le jeune homme allait en général se coucher, ce n'était pas avant deux out rois heurs du matin en compagnie d'une créature ravissante. Il ne comptait pas spécialement faire quelque chose ce soir, surement aller en boite ou un truc de ce genre. Mais cette question fit se rappeler quelque chose a Alex, une chose qu'Eleonore n'allaitpas tarder a apprendre: Alex était officiellement sorti avec Melissa, enfin ce n'était qu'un deal, ils n'étaient pas un vrai couple mais aux yeux des autres, si... Oops.

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 19:46


    Il était plus que certain que le jeune homme n'aurait pas mieux supporté cette épreuve qu'elle ne l'avait fait. Ils se ressemblaient beaucoup, et ce, sur bien des points de leurs caractères, et l'auto-suffisance et le contrôle de soi faisait bien évidemment partie de ce qu'ils aimaient dans leurs vies. De nombreuses fois, la jeune femme avait cru devenir folle, à être enfermée ainsi par son propre père. Celui-ci lui donnait des sourires mielleux et des mots tendres qui manquaient leur effet auprès de la jeune femme car jamais elle ne l'avait autant détesté que durant sa détention, mais néanmoins, elle avait bien du admettre que, tant qu'elle était dans cet hôpital, elle était à sa merci et n'avait aucun autre moyen de s'en sortir que de faire ce qu'il lui disait. Là encore, c'était parfaitement humiliant de devoir son salut à l'homme qui a quitté sa famille sans état d'âme et qui préfère sa réputation à sa propre fille...
    Enfin, ne parlons plus des sujets qui fâchent, voulez-vous ?...

    Elle avait bien l'intention de demander à Alex ce qu'il avait fait durant ces quatre mois, et elle espérait bien qu'il lui répondrait franchement. Qu'en avait-elle à faire qu'il se soit bien amusé à Miami, entouré de mannequins parlant des langues exotiques et aux airs suggestifs ? Au contraire, elle serait bien contente de savoir qu'au moins un d'entre eux aurait profité du temps passé... S'il avait torturé des coeurs en son absence, elle le supplierait bien évidemment de lui raconter tous les détails, car les coups du jeune homme étaient toujours très divertissants. Avant, ils échangeaient leurs cruautés dans de longues discussions, et elle adorait cela...
    En revanche, elle avait bien un défaut qui pourrait faire renaitre ses instincts meurtriers. En effet, il vaudrait mieux pour le jeune homme qu'il lui parle lui-même de Melissa, car, si elle l'apprenait par quelqu'un d'autre, elle risquerait de ne pas apprécier. Tant que son compagnon faisait du mal ou s'amusait juste quelques nuits de suite, elle ne ressentait pas la moindre piqure, et même, s'amusait de ses frasques. Mais quand elle apprendrait qu'il a eu une petite amie officielle, il n'en serait sûrement pas de même. Jalousie ? Non, vanité. Elle n'avait jamais été la copine officielle du jeune homme, mais ce n'était pas ce titre-là qu'elle revendiquait. Elle n'était pas le genre à courir après un rang, aussi curieux que cela puisse paraitre venant d'une personne comme Ele. Ce qu'elle cherchait en réalité était bien plus profond. En un mot comme ne cent, elle aimait être une obsession, dans les esprits. Pas si superficielle que cela, hein ?... Etre un désire, une fantaisie, une envie, cela ne l'amusait qu'un temps. Ce temps passé, il lui fallait être autre chose. Or, si Alex avait eu une vraie petite amie, ce serait bien que quelqu'un d'autre avait réussi à entrer dans sa tête. Il aurait pensé à quelqu'un d'autre qu'à elle, aurait souri en se rappelant d'autres annecdotes que celles qu'il avait avec elle.

    Donc, dès qu'elle l'apprendrait, vous aurez un apperçu de cette chère et respectée Eleonore Carrington. Ne croyez surtout pas qu'elle prendrait la nouvelle avec un sourire content et en disant à Alex : "Toutes mes félicittions, je suis contente pour vous deux !" Ah ah ah. Très drôle, mais ce ne serait pas du tout son genre. Il lui faudrait détruire sans état d'âme cette intruse. Rien de tel pour se remettre dans le bain...

    Avez-vous lu Autant en Emporte le Vent ? Ah ? Les romans de mille-quatre-cent pages ne vous passionnent pas ? Bon, alors, peut-être avez-vous vu le film ?... Ok, je me sens seule, là... Bon, je m'en vais quand même vous expliquer le fond de ma pensée.
    Scarlett O'Hara est une jeune fille tout ce qu'il y a de plus désirable. Un regard émeraude des plus captivants, des traits fins, des cheveux plus noirs que l'ébène... Elle est aussi dotée d'un caractère volcanique, impulsif, et, vive et éveillée, elle ne manque pas d'astuces... Bref, tous les hommes sont à ses pieds. Tous, sauf un. Ashley Wilkes doit épouser sa cousine, Mélanie Hamilton, petite brune insignifiante mais profondément gentille. Du coup, Scarlett se met en devoir de ramener à elle le seul homme qui est amoureux d'une autre... Vous voyez là où je veux en venir, n'est-ce pas ?
    Ele est comme Scarlett O'Hara : une passionnée qui ne partage pas, et pour qui la fin justifie les moyens...

    Mais, n'étant pas encore au courant des histoires d'Alex, elle conservait pour le moment son joli sourire.
    Il lui dit qu'il avait été en colère, ce qu'elle ne comprenait que trop bien.

    - Oui, oui, je m'en doute... Mais j'étais sincère quand je t'ai dit que j'étais désolée de tout cela, et tu sais comme j'ai horreur des excuses, alors, je t'en prie, ne me force pas à recommencer...

    Et ses grands yeux bruns brillaient d'un éclat qu'on ne leur avait jamais vu, mélange de douceur sincère et de taquinerie enfantine. Après tout, elle était vraiment contente de le revoir...

    Mais bon, trève de câjoleries ! Elle retrouva vite fait son sourire à la fois espiègle et moqueur, alors que le ton suave du jeune homme la faisait frissonner. Elle inclina légèrement la tête de côté, le regardant du coin de l'oeil, et laissant ses boucles d'oreilles en diamants se balancer doucement de gauche à droite, provoquant un tintinement agréable. C'était un continuel jeu de séduction, et s'y livrer corps et âme ne pouvait que l'enchanter. Alex avait toujours su lui faire oublier ses problèmes, de toute façon...

    La dernière réplique du jeune homme était pleine d'une ironie qui amusa Ele. Très doucement, elle passa en une caresse un doigt le long de sa mâcheoire et le fit glisser ainsi jusqu'à son menton, sans cesser de l'observer avec attention, le regard rieur.

    - Ah !... L'appel des draps de soie noire, j'imagine...

    C'est en un murmure léger qu'elle lui rappela ainsi qu'elle se souvenait des moindres détails de sa suite.

    A présent, elle était très près de lui, et sentait son souffle tiède sur sa peau encore glacée, comme is les mois passés dans une chambre impersonnelle de l'hôpital l'avaient frigorifiée pour longtemps.
    Elle attendit juste ce qu'il faut, laissant ses lèvres à la portée des siennes un instant, puis se détourna une nouvelle fois vers la baie vitrée, un sourire profondément amusé illuminant son joli minois. Comme c'était plaisant de se sentir maîtresse d'elle-même à nouveau !


Dernière édition par Eleonore E.Carrington le Sam 13 Sep - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 21:01

    Pour Alexander Hellwood, il aurait été tres facile d'être le films parfait d'une parfaite petite famille riche venant d'une parfaite ville ou tout le monde est beau est gentil. Mais voila, tout cela n'était bon que pour les comtes de fées et Alex préférait d eloin le role du méchant sans coeur. Il y avait beaucoup plus de félicité a la clé, surtout quand vous aviez un esprit machiavélique et calculateur. Comme un celebre écrivain l'avait dit: on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments, et bien pour la vie a Blueside, c'était sensiblement la même chose. La ville était triste quand il n'y avait aucun méchant désigné d'office, personne pour semer un peu le chaos chez les personnes bien pensantes. Encore un peu et on se serait cru au village du pére noel... Mais heuresement, depuis quelques temps, tout avait changé, et ce nétait pas pour déplaire au jeune Hellwood.

    Melissa allait surement avoir un choc quand elle verrait que tout le monde avait évolué et pas dans le bon sens du therme...

    Bien évidemment qu'Alex s'était amusé pendant les mois ou Eleonore n'était pas la, mais il ne profitait pas vraiment de son absence, en fait, il la pensait définitivement partie de Blueside. D'un coté, ne sachant pas le fin mot da sa tres compliquée et tres malchanceuse histoire, il l'enviait. Ne pas être a Blueside serait un vrai bonheur pour le jeune homme. A vrai dire, s'il avait eu le choix, il serait aller étudier a Miami, la ou la beauté est un concept a part entiére et les nuits plus chaudes que le jour. Sans parler un mot d'espagnol, vous vous faisiez comprendre. Et oui Alex n'avait jamais jugé bon de savoir ce que lui criait son jardiner mexicain alors qu'il piétinais les massifs de rose de la maison de ses parents. Il avait apris une langue tellement plus belle et classe: le francais... Ce n'était pas si mal une fois que vous aviez les base, et l'on pouvait dire qu'Alex se débrouillait pas mal, mais malheuresement, il avait toujours cet accent americain si prononcé que la compréhension était rendue plus difficile. C'était comme dans certaine série américaine ou les scénaristes aimaient mettre ds expressions francaise du genre " c'est la vie " que les acteurs ne savaient pas dire... Bref.

    Alex n'avait jamais lu autant en emporte le vent, ni vu le film, ni même la comédie musicale, il avait été bizarrement hermétique a cette oeuvre, enfin ce n'était peut etre pas cela l'important. Il en connaissait vaguement les grandes lignes mais ce n'était pas pour cela qu'il les appréciait. Pour désigner le Alex de ces derniers mois, il fallait plus chercher vers Don Juan. Peut importe la catégorie sociale des filles avec qui il couchait, peut importe leur origine ou même leur prénom, il les oubliait des le lendemain. Le probleme, et la chose qu'il avait a dit a Eleonore se revelait être une autre personne. Mais il fallait ménager le coeur de la jeune femme, non?

    Il lui dirait dans la soirée, c'était sur, mais peut etre pas sur le moment, peut etre pas alors qu'elle lui faisait une reflexion sur ses draps de soie noire qu'elle avait connue. Cela serait surement de tres mauvais gout et Alex en bon dandy du vingt et uniéme siécle avait une culture presque esthéte pour le bon gout. Il souria mystérieusement quand la jeune femme repondit, visiblement, les moindres détails de sa suite, elle ne les avaient pas oublié. De plus, il doutait fortement que dans son hopital francais elle avait elle aussi des draps noirs en soie importé de new york. Les coincidences entre les deux jeunes gens n'existaient pas vraiment, il fallait bel et bien l'avouer, tout cela ne faisait que relancer un petit jeu qu'ils avaient commencer il y avait de cela fort longtemps; presque des leur rencontre...

    - C'est un détail marquant pour toi Elé? C'est surement l'une des seules choses qui n'a pas changé dans cette ville de ...

    C'était presque trop vantard même venant d'Alex de dire cela, mais apres tout ce n'était qu'un jeu. Bien évidemment, elle les avait connu ces draps mais bon, c'était une des seules choses qui n'avait pas changer a Blueside. Le Heavenwood ne changeait pas mais s'inscrivait dans la tradition ^^. Il ne termina pas sa réplique, sa pensée était claire. Dans sa tête, deux néons s'allumaient : Las Vegas et Miami... A la rigueur new york, mais tout mais pas Blueside... Il aimait réellement le pays dans lequel il vivait mais curieusement, il y avait toujorus des endroits ou les souvenirs étaient mauvais: A bLueside, cela lui rappelait Samuel, son meilleur ami mort il y avait de cela six mois a peu pres.

    - Tu sais que pas mal de choses ont changé ici... En gros voila un résumé de ce que tu pourrais entendre, et je pense qu'il vaut mieux que je te le dise... Apres ton départ pour l'Angleterre, Samuel, le copain de Ruthie est mort, et a vrai dire c'était un ami pour moi... Tout le monde a changer: Hearther est devenu une trainée, Thomas un alcoolique, Ruthie s'est séparé de tout le monde, Isaac est devenu un con, et moi je suis devenu pire... Et j'ai eu une légére liaisons officielle avec Melissa... Mais ce n'était meme pas purement sexuel, c'était pour arrenger nos deux réputations...

    Bon bah au moins elle était au courant, et même s'il avait légérement baissé le ton pour lui annoncé la nouvelle, il savait qu'il vallait mieux qu'elle l'apprenne par lui pour sa propre survie. Bon les vitres étaient en double vitrage alors elle ne risquait pas de l'envoyer s'écraser des métres et des métres plus bas. Curieusement, il se sentait le devoir de lui dire, mais il ne se sentait pas mieux pour autant, pas quand il appercut le regard que lui lançait la jeune femme... Bon au moins, il n'avait pas parler d'Harlow, entre eux rien d'officiel, juste une maniére de assé le temps...

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Mer 3 Sep - 22:36


    Le noir était devenu la couleur de prédilection de la jeune femme en un temps reccord. Innutile de vous expliquer pour quelles raisons, je présumme...
    Les draps du jeune homme étaient les derniers qu'elle avait visités avant son départ pour l'Europe, alors, si c'est un détail marquant ?... Vous vous douterez que oui. Elle envisageait prexque de lui demander de lui en commander de semblables pour qu'elle puisse en mettre dans sa propre chambre. Sans doute n'accepterait-elle plus jamais de dormir dans un lit aux couvertures d'une blancheur pure... Cela lui rappellerait trop de mauvais souvenirs.

    En ce qui concernait son coeur, Alex n'avait pas intérêt à lui dire qu'il souhaitait le ménager. Elle voulait vivre. Pour de bon. Pas en se disant que si elle force trop celui-ci risquerait de la lâcher pour de bon, pas en prenant soin d'elle au point de ne pas monter un escalier ou en refusant de monter dans un manège à sensations... Quand on voit la mort arriver avec l'éventualité qu'elle nous emporte, on se jure que, si on s'en sort, on profitera de la vie chaque seconde. Et elle entendait bien en profiter. Elle avait hâte de recommencer ses perfidies. Mais peut-être ne parlerait-elle pas aux autres de ce qu'il lui était arrivé, car elle ne voulait pas qu'il la ménagent et se disent "la pauvre, n'allons pas lui faire de frayeurs". Non, non. Ceci était inconcevable.

    - Les détails sont les seules choses qui vaillent la peine d'être remarquées... Quant à Blueside... Je n'aurais jamais cru que tu détestais cette ville à ce point.

    Elle fit mine de ne pas remarquer le côté vantard de la réplique du jeune homme, mais lui adressa tout de même un sourire en coin.
    Tout ce qu'elle voulait, c'était oublier, et reprendre les choses là où elles étaient restées. Malheureusement, les choses évoluent vite dans une petite ville comme Blueside, où tout le monde connait les histoires de son voisin... Elle s'en rendit bientôt compte, car Alex lui exposa les choses qui avaient changées. Elle lui en fut reconnaissante : cela lui éviterait au moins de chercher elle-même les réponses à ses interrogations... Il parla d'abord du copain de Ruthie, qu'elle ne connaissait que très peu mais qui, lui dit-il, était un de ses amis. Mort. Des questions arrivèrent à ses lèvres sans qu'elle ne soit capable de les articuler, et Alex enchaîna en lui expliquant que Hearther était devenue une traînée, Thomas un alcoolique, Ruthie une solitaire er Isaac un con. Ce fut au sujet de Thomas qu'elle fut le plus rassurée : au moins, il n'était dès à présent plus sur sa liste d'hommes à conquérir. Elle visait le haut du palier, pas la case déprimés. Quant à Isaac, elle fut assez surprise d'entendre Alex parler de lui en ces termes, car, aux dernières nouvelles, ils s'entendaient plutôt bien, tous les deux...
    Donc, elle s'apprêtait à demander des détails à propos de tout cela, quand il se mis à parler de lui... et de Melissa.

    Elle aurait tout imaginé, mais pas cela. Même à son départ elle se serait doutée que Cathlyn sauterait sur Mickael dès qu'elle ne serait plus à Blueside pour le garder auprès d'elle, que cela tournerait au vinaigre entre Thomas et October, et même encore bon nombre de choses, mais pas cela. Lui et Melissa. Melissa et lui.
    Ele resta un moment figée, un bras le long du corps, l'autre légèrement replié car elle tenait toujours sa coupe de champagne à moitié vide.
    Le plus drôle fut que le jeune homme chercha à la rassurer tout en se justifiant : "Mais ce n'était meme pas purement sexuel, c'était pour arranger nos deux réputations." Elle aurait ri si elle n'était pas sonnée. Donc, Melissa, sa petite amie officielle. Voyez-vous cela...

    - Je suis désolée pour Samuel.

    Ce fut d'abord tout ce qu'elle dit, marquant une pause respectueuse avant d'entamer le douloureux sujet de la petite blonde.
    Un étrange sourire se dessina lentement au coin des lèvres de la jeune femme. C'état le sourire qu'elle avait lorsqu'elle se mettait en chasse. Le plus terrible était sans doute l'éclat furieux qui brillait silencieusement dans son regard obscur. Elle prit un air à la fois détaché et narquois.

    - Melissa. Une blonde dans tes draps noirs, cela doit faire sensation.

    Là, elle avait été légèrement cassante. Au moins, elle ne montrait pas qu'elle était un brin blessée.

    - Ta vie sexuelle ne me regarde nullement, Alex, surtout au vu des évènements recents, alors, je me demande bien pour quelle raison tu cherches à te justifier auprès de moi... D'ailleurs, je n'ai aucune revendication à faire : je n'ai jamais été ta petite amie officielle, moi.

    Elle parlait à mi-voix, avec une douceur caressante, comme si elle lui disait des mots doux, mais il peusait dans ses propos quelque chose d'effroyable qui montrait bien qu'elle n'allait pas en rester là. Son intention était plutôt de faire en sorte que la jeune femme ne se relève jamais du coup qu'elle lui porterait. Vengeance, quel mot sublime !

    - J'espère au moins qu'elle t'a été reconnaissante de t'être occupé de sa si brillante réputation. Quel était son but, au juste ? Passer pour une trainée, ou juste pour celle qui passe quelques nuits officielles avec le grand monsieur Hellwood simplement pour le fun ?

    Toujours aussi calme. Elle ne haussa pas le ton, et, au contraire, plus elle parlait, plus sa voix prenait une inflexion sensuelle et tendre. Pourtant, elle tenait de terribles accusations. Mais elle se sentait -à juste titre sans doute- profondément supérieure à Melissa, désormais. Ce qu'elle imaginait avec le plus d'amusement était leur rupture. Elle la voyait comme le genre de fille à lui dire d'abord "c'est pas grave, de toute manière, c'était un arrangement" puis deux jours après lui téléphoner gentillement en lui disant qu'ils pourraient toujours s'amuser ensembles, après tout. Pitoyable...
    Cela amena la jeune femme à évoquer autre chose, qui n'était pourtant pas sans lien :

    - Depuis le temps, tu devrais le savoir que je me moque de qui partage ton lit de façon officielle. Je ne lui disputerais même pas tes draps noirs, mon coeur ! Elle peut bien garder ton corps si cela lui chante. Moi, je veux ton esprit, tes pensées, ton souffle, ton âme. Alors, si tu m'avais parlé de Melissa comme d'une fille de quelques nuits, je n'aurais fait aucune remarque. Mais tu me la présentes comme ayant été ta très officielle petite amie. C'est donc qu'il y a eu plus que quelques nuits, et c'est donc qu'elle chasse -pardonne-moi si je te vexe- sur mon terrain. Tu comprendras qu'elle aura le droit à une bien jolie surprise, signée "Xoxo, Ele Carrington" en bas à droite...

    Sur ce, elle finit sa coupe de champagne, et s'éloigna du jeune homme de sa démarche grâcieuse et altière.
    Que le meilleur gagne, n'est-ce pas ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Jeu 4 Sep - 20:23

    Prende des risques et jouer avec sa vie... La premiére chose était devenue une habitude chez le jeune homme tandis que la seconde, beaucoup moins. A son age, il avait deja une assurance vie, comme tout bon fils venant d'une belle et grande et tres riche famille. Les adjectifs précédants étaient necessaire a la bonne compréhension de la vie d'Alexander Hellwood. Enfin si quelqu'un voulait essayer de la comprendre car il était évident que ce n'était pas une chose extremement aisée. Enfin, le monde que lui, et Eleonore entre autres, fréquentait n'avait pas exactement les mêmes codes, les mêmes régles de base que celui dans lequel tous les américains moyen vivaient. C'était telement plus snob, et il fallait y avoir un vrai caractére ainsi qu'une véritable regle de conduite pour pouvoir espérer un jour s'y faire une place. Quand vous étiez populaire parmi les jeunes et donc futur tes riches de ce monde, vous aviez toute les chances d'avoir une place importante plus tard. Et non, même chez les aisés des hautes sphéres il fallait penser a assurer son avenir, peut importe le moyen.

    C'était parfaitement compréhensible que la jeune femme ne sache pas a quel point Alex détestait Blueside, car sa haine envers cette ville ne s'était considérablement accrue que lorsqu'Alex avait été obligé d'y revenir. Et cela, Eleonore ne l'avait pas vu non? Et puis, quand on avait gouté a la vie douce et sans cours d'aucunes sortes, ou la priorité était de savoir dans quel bar on allait se rendre, on n'avait que guére envie de retourner dans la ville ou vous étiez parti. Encore, ses parents l'auraient obligé a retourner a Vegas, la ou il était en marge de devenir aussi celebre que son pére, peut etre que cela l'aurait dérengé mais en tout cas beaucoup moins. L'explication était simple, Alex était un courreur de jupon officiel et qu'elle plus belle ville que Las Vegas pouvait repondre a ses attentes?

    C'était la que défilait surement le plus d epersonne dans des hotel de grand standing comme dans des motels limites sordides. Evidemment le jeune Helwood ne fréquentait qu'une seule catégorie de ces établissements. Je n'ai surement pas besoin de préciser laquelle. Alors bien évidemment dans ces hotels luxueux, ils y avaient en général la fine fleurs des mannequins venant s'amuser un peu apres la fashion week, ou encore les plus jolie étudiantes étrangéres en quête de folie pres des machines a sous. Tout un rayon a explorer pour le futur pdg qui était pour l'instant que l'un des plus riches de la ville grace a son cher, c'était peu de le dire, paternel.

    La jeune femme se raidit un cours instant, mais cela n'échappa pas a Alex qui la détaillait, scrutant la moindre réactions qui pourrait laisser voir une nouvelle Eleonore ou alors sa bonne vieille et adorable complice de coup bas. Le premier mot qu'elle eut ce fut pour Samuel. Son départ avait été bien trop rapide et soudain... Enfin cela avait été l'élément déclencheur du départ d'Alex aussi car si les meilleures personne commencaient a mourrir aussi jeune alors les pires du genre d'Alex deviendrait éternels. Et franchement meme le diable en personne repondant au doux nom d'Hellwood en avait été choqué. Apres tout et meme si personne ne le savait, il fut son meilleur ami. Pause larmoyante finie.

    Il hocha la tête en pincant les lévres de l'air de dire " merci je sais c'est bon n'en parlons plus". Cet épisode n'était pas exactement ce qui lui plaisait le plus a évoquer. Bref. Une fois la pause qui était de bon ton de laisser passer finie, la jeune femme ne loupa pas l'occasion de lui lancer une remarque assassine sur une blonde dans ses draps noirs... Il s'estimerait chanceux si elle arretait la vu le regard qu'elle venait de lancer. C'était ce genre de regard ou la froideur et la furreur se mêle, mélange censé destiné a blesser la personne en face de vous, mais avec Alex Hellwood en nterlocuteur cela ne se passait pas de la même maniére.

    - Mais je ne cherche pas a me justifier Elé, je te donne les grandes news de blueside et en ommettre certains détails ne serait pas tres... professionel. Rappel toi, Les détails sont les seules choses qui valent la peine d'être remarqué.

    Alex venait de renvoyer la phrase précédemment dit par la eune femme, directement a elle même. Si elle commencait a lui crier dessus parce qu'il avait été officielement avec Melissa, il ne préférait pas évoquer l'officieusement. De toute facon enter ces deux la, les piques fusaient toujours mais au final, on ne pouvait élire aucun gagnant: ils se conaissaient par coeur et la jeune et belle miss carrington ne semblait rien avoir perdu de son pouvoir de réplique. Tant mieux, cela ne s'annoncait que plus amusant et pour Alex aussi. Il fit mine d'ete touché par la seconde réplique de la jeune femme, demandant qu'elle réputation elle souhait obtenir apres cela...

    - Aiie touché.

    Bien évidemment il ne l'était pas; our le comprendre, il suffisait de voir son regard chocolat pétiller d'amusement face a la jeune femme qui était en colére devant lui. La vanité te perdra chére Eleonore, et pour Alex, ce sera surement son orgueil. Son regard presque farouche a présent était en contraste avec sa voix cristaline, faisant de la belle que l'on n'aurait facilement pu prendre pour une poupée, une demoiselle vraiment surprenante. Mais l'héritier l'avait deja compris depuis bien longtemps.

    - Elé, Elé, Elé... ce n'était qu'un jeu, un stupide truc pour qu'elle se refasse un nom soit disant, et moi de m'amuser... Tu ne peux pas me le reprocher. D'ailleur il est vrai que tu n'as rien a me reprocher, nous deux, c'était pareil, uniquement pour le fun?

    Il savait en lui même que cétait faux mais cet orgueilqu'il avait a la place du coeur l'empechait de dire le contraire. Il avait adpté ce petit sourire narquois et cette voix a la fois grave et sensuelle qui était si belle. Si l'on n'avait pas entendu ce que disaient les deux jeunes gens, on aurait pu croire a une conversation tres privée entre amant, mais rien qu'en regardant le feu qui s'allumait dans les yeux de la jeune femme, on chassait vite cette hypothése. Il reprit néammoins:

    - Je ne savait pas qu'a présent tu signais comme All's, en tout cas, elle n'a plus mon coeur, et n'est même plus officielle du tout. De plus elle ne m'a servi absolument a rien... Mais comme tu me le disais tout a l'heure, je ne vois pas pourquoi tu t'énerve tant contre elle?

    Toujours arborant son sourire, son regard se voulit entre interrogateur et ironique. Que le meilleur gagne, c'était sur... Il se rapprocha de son amie, plus valmont que jamais, essayant d'excéder sa merteuil...

    - Depuis quand je suis ton terrain de chasse? Trempant ses lévres dans sa propre coupe et prenant une boucle anglaise d'Ele entre ses doigts, il dit a voix basse, plus séducteur que jamais. Je peux t'asusrer que ce sont ces boucles brunes qui ont toujours fait le meilleur effet dans mes draps noirs...

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Jeu 4 Sep - 21:57


    Depuis les évènements survenus dans la vie de la jolie brune, ces quatre derniers mois, elle aurait plutôt dit que la vie jouait avec elle, et non l'inverse. Ah ! Plaignez donc cette pauvre Ele qui a vu toute sa grande et belle vanité prendre une giffle ! Comme c'était frustrant de se dire que, finalement, on ne gagne jamais contre la Vie elle-même. Le Hasard et la Mort aident celle-ci à arriver à ses fins, et Eleonore en avait fait les frais, pour cette fois. Mais, un brin entêtée, elle comptait bien prendre sa revanche, et ne pas se laiser faire trop facilement. Son pauvre coeur tiendrait le choc, elle en était certaine...

    De même que le jeune homme observait Ele avec assiduité, elle, guettait les moindres réactions de sa part. Ainsi, elle vit nettement ce petit pincement de lèvres, lorsqu'elle parla un court instant de Samuel. Elle fut presque touchée de le voir ainsi. La perte d'un être cher devait être quelque chose d'attroce, et le demoiselle était bien aise de ne pas savoir ce que cela faisait. La mort de son chat, quand elle avait sept ans, l'avait vaguement attristée, et celle de Bull, son poisson rouge adoré, était passé pour ainsi dire, inapperçue. Mis à part le décès de ces deux créatures (qui eurent d'ailleurs une mort des plus surprenantes : Minou mangea Bull, et mourrut deux jours après par intoxication), elle n'avait jamais eu à souffrir de ce genre de chose.
    Alex passait pour un sans coeur, et Ele était sûrement une des rares personnes à savoir qu'il en avait un, mais qu'il ne lui servait que lorsque c'était réellement utile. Là, il avait l'air assez désolé de la disparition de Samuel, ce qui montrait l'importance que ce dernier devait avoir à ses yeux... Néanmoins, il ne manifesta pas l'envie de s'étendre sur ce sujet, et Ele jugea qu'il était préférable de laisser tout cela se tasser un peu avant de chercher à questionner son compagnon. Autant reprendre leur petit jeu ce soir, et parler plus sérieusement demain...

    Elle sourit légèrement, à la première réplique du jeune homme. C'était bien joué que de retourner cette phrase contre elle, il fallait bien l'avouer. Mais elle trouva quoi répondre, l'attaquant plus directement, et avec une éloquence taquine qui tombait à point.

    - Oh pardon ! Je ne savais pas qu'Alex Hellwood et ses conquêtes devaient maintenant être classés dans la case "détails"... Je croyais que tu aimais ton égocentrisme et ton orgueil... Décidément, tu as raison, bien des choses ont changées, à Blueside...

    Il n'avait pas à s'estimer heureux : elle n'était pas du genre à ne dire que la moitié des choses... Surtout pas lorsque tout dire promettait un petit combat bien amusant et comme elle les aimait.
    Une chose était certaine : il n'y avait jamais de vainqueur à leurs petits jeux. Les deux s'envoyaient autant de propos bien pensés que possible, si bien que l'on aurait pu les départager. C'était plaisant d'avoir un adversaire à sa taille, car, avec les autres, Ele gagnait invariablement, si bien qu'elle finissait par être blasée de ses victoires. Avec Alex, au moins, leurs conversations étaient pleines de surprises et d'ambiguité, de sous-entendus et de paroles cinglantes, et le tout formait un délicieux mélange passionnant et stimulant. Rien de tel pour se sentir vraiment vivante et elle-même, après ces mois de froide solitude et d'amère soumission.

    Le regard de son camarade de jeu pétilla un moment, alors qu'il articulait un "Aïe, touché" d'un ton amusé. Visiblement, il prenait toujours autant de plaisir qu'avant à faire enrager sa partenaire... Celle-ci lui décrocha un sourire carnassier doublé d'un regard assassin, mais, cette fois, ne lui donna pas réplique.

    Il évoqua All's. Oh ! Cela serra un instant le coeur de la jeune femme. All's était bien sûr réputée pour tout savoir sur tout, et deviner les secrets de tous à chacun pour les dévoiler sans gêne à toute la ville... La brunette pria intérieurement pour que son secret à elle ne fasse jamais partie de ceux qui figuraient sur le site Internet de la mystérieuse et omniciente demoiselle... Elle ne savait pas comment elle aurait réagi, si jamais telle catastrophe venait à se produire...
    En songeant à tout cela, elle fut totalement déconcentrée, et ne reprit ses esprits que lorsque le jeune homme s'approchait d'elle. Elle eut envie de reculer, mais se rappelant qu'une suite était constituée de pièces délimitée par des murs, elle s'abstint, ne voulant pas se retrouver dos à ceux-ci.
    Par ailleurs, elle fit un effort pour savoir ce qu'il venait de dire, et, son inconscient ayant parfaitement entendu, elle sut bien vite qu'Alex venait de la frapper au bon endroit. Lui et elle, uniquement pour le fun ? Il venait de la mettre sur le même piédestal que l'autre blonde, et, cela, elle eu du mal à l'avaler. Certes, sa vanité la perdrait, et ce fait était particulièrement visible en cet instant. Mais, que voulez-vous, elle s'aimait bien, et se trouvait clairement et indéniablement supérieure aux autres. Particulièrement par rapport aux filles comme Melissa, d'ailleurs. Donc, il venait de faire mouche, et la demoiselle resta interdite un instant.
    Bien sûr que non, ce n'était pas pareil... Leur relation à eux était tellement différentes des autres ! C'était bien plus que quelques nuits et une entente parfaite. C'était un idéal absolument pas idyllique dans lequel tous les deux se sentaient à l'aise. Comme il était cruel de lui dire de telles choses !
    Cela eut au moins un effet positif : elle fut bien plus en colère qu'auparavant, et dieu sait comme Ele était délicieuse, une fois en colère !

    - Si elle "ne l'a plus" c'est qu'elle l'a eu, ton coeur, et c'est cela que je ne supporte pas, et c'est ce pour quoi elle paiera. Quant à nous deux... Tu es... Je... Rah ! N'en parlons plus ! Oui, tu as raison, après tout, c'était pour le fun...

    Outch ! Pas bien joué sur ce coup-là, petite Ele !... Le revers sera dur...
    Mais, à présent, Alex était tout près d'elle. Si près... Elle pouvait sentir la chaleur de son corps à travers ses vêtements. Elle l'observa sans ciller, le regard toujours animé d'une lueur farouche qui avait une connotation de défi, en cet instant. Lui prit délicatement une boucle de ses cheveux, soufflant de sa voix basse et sensuelle quelques mots dignes de Valmont, qui en auraient fait défaillir plus d'une.

    Mais Ele était habituée à ces jeux, et elle ne faisait pas partie de la grande majorités des jeunes femmes de son âge que le moindre mot doux transporte, et qu'une caresse enivre. Elle attendait plus, beaucoup plus, même, que quelques balivernes lancées de manière si cavalière et avec une témérité presque déplacée. Elle-même était capable de faire bien plus que séduire, car, cela, en un sourire et deux mots doux, elle y parvenait largement. Elle pouvait inspirer davantage d'émotions que ne le faisaient les autres, car elle avait l'art et la manière de se faire désirer. La plupart des autres n'avaient sans doute jamais lu ni Les liaisons dangereuses, ni Autant en Emporte le Vent, et n'avaient donc pas la moindre idée de ce qu'était la passion véritable, les sentiments nobles, et étaient incapables de séduire avec élégance, contrairement aux deux acolytes ici réunis.

    - Je m'énerve car j'ai remarqué que l'agacement me va bien, très cher.

    Réplique prononcée sur un ton ironique qui, pourtant, n'était que trop vraie.
    Elle se retrouva entièrement maîtresse d'elle-même, et reprit son sourire en coin, ici, parfaitement provoquant.

    - Loin de moi l'idée de flatter ton orgueil, mais, puisque tu poses la question, je vais te dire la vérité : tu es de ces conquêtes passionnantes que l'on a jamais fini de conquérir, donc, tu restes sur mon terrain de chasse.

    Les lèvres de a jeune femme étaient près de l'oreille du jeune homme, et elle avait murmuré cela de sa voix féline et délicate... Mais surtout féline car elle finit par le mordre dans le cou, douce vengeance !
    Chose faite, elle recula de deux pas, mettant entre eux une certaine distance, et, lui retirant sa mèche de cheveux du même coup, elle récupéra son air farouche et effronté.

    - Hé bien il te faudra te contenter de l'effet que te procurent les boucles blondes, car ce n'est pas de si tôt que je reverrai tes draps soyeux : tu m'a profondément vexée, et ceci n'est jamais bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Jeu 4 Sep - 23:03

    Vous croyez au destin? Alex non sans plus. Comme il ne croyait pas au coup de foudre, a la chance de gagner deux fois au loto, au fait de voir changer radicalement du tout au tout les gens. Bref il ne croyait pas en gros chose, ni en la magie, ni en la sorcellerie, ni au vaudon, encore moins a harry potter ou a eragon, littérature profondément mineure et insignifiante qu'il navait jamais parcouru de peur de faire tomber sa culture. Enfin bref, le destin était l'affaire de ceux qui n'avait que cela pour espérer quelque chose venant de la vie, une sorte de chance divine en fait. Pour le jeune homme, il aimait a se dire qu'il créait sa propre chance en ayant toutes les cartes en mains. Pour quelqu'un venant d eLas Vegas, dire cela est peut etre un cliché, mais apres tout, il n'avait quasiment jamais touché a une table de craps ou a une machine a sous de sa vie...

    La vue de toutes ces personnes endetées jusqu'au cou qui misaient leur maigres économies afin d'espérer voir la fin du tunnel ne lui avait pourtant as créer de coeur. Bien sur que non sans cela, ca ferait longtemps qu'il aurait arreter de voyager en jet privé pour traverser l'atlantique ou alors de vivre dans des suites au prix presque inestimable par nuit. Il n'était pas vraiment le genre d'abbé pierre, il était juste comme tout les autres riches, bien que lui n'essayait pas de se donner bonne conscience en versant a des oeuvres de charité. Il avait toute la vie pour cela et pour le moment, il n'était qu'un gosse de riche particuliérement méchant.

    Néammoins, la mort de Samou avait été la premiére qu'il avait du affronter: Ces tyrans de parents étaient encore en vie, ses grands parents paternels et maternels aussi alors la mort ne faisait pas vraiment partie de son quotidien. Il n'avait jamais eu d'animaux de compagnie, excepté un chien alors qu'il était un tres petit enfant, d'a peine quatre ou cinq ans qui s'était fait renversé par la limousine de son pére. Cruel destin ou sa famille lui avait raconté qu'il était partit rejoindre un ute casino des Helwood. Grotesque. A la rigueur, la seule fois que la mort avait approché sa faux du visage d'Alex c'était lors d'une soirée, un jeune qu'il ne connaissait pas était mort d'une overdose a une nouvelle drogue extremement puissante qui avait fait complétement arreter Alex ensuite. D'un coté, ce n'était pas plus mal.

    - Ha tu te trompe Eleonore! Melissa est a classé dans la case détail, tandis que toutes mes conquetes réunie ne sont pas un détail, c'est une oeuvre...

    Alerte, Vanité, Orgueil, Péché capitaux...Oui Alex étaient en plein dedant et heureusement qu'il n'était pas dans le film seven sans cela il serait deja mort depuis bien longtemps. Le cadre dans lequel ils étaient était bien évidemment la luxure. Ils étaient des gosses de riches et presque tout leur avait été donné : la paresse. La gourmandise, dans le sens d'en avoir trop aussi... L'envie: ils refusaient tout les deux de jouir du bonheur d'autrui, excepté du leur. Et la colére, et bien comment était Alex au début de la soirée? On pouvait dire que les deux jeunes gens n'étaient pas vraiment le modéle de Catholicisme parfait a suivre...

    Face au regard terrible que lui lanca la jeune femme il comprit qu'il avait a son tour fait mouche. Il n'allait tout d emême pas se laisser faire de la sorte, ellene croyait pas que leur combat indépartageable allit enfin tourner en sont avantage. Enfin tout ce qu'il espérait c'était de ne pas provoquer chez la jeune femme un probleme cardiaque car la perdre une seconde fois serait réellement dur.
    Et oui il avait un coeur, mais vraiment peu de personnes étaient au courant de ce secret plus qu'inavouable.Si il n'avait pas eu de ceour, pourquoi aurait il traversé tout l'océan atlantique pour trouver une fille aux boucles anglaises brunes? Il en avait partout évidemment, mais celle ci avait ce coté si spécial de savoir lui resister, chose que tres peu d'autre avaient. Aucun orgueil ni aucune vanité la dedant, c'était juste comme cela, presque dans l'ordre des choses. Avouez, avoir un Alex au regard profond, au sourire si mystérieux et a cette voix si séductrice, peu d epersonne sauraient resister si elle ne le connaissait pas. Pourtant, en plus de lui resister de temps en temps, Eleonore avait cet esprit qu'il était de bon ton d'avoir au dix huitiéme, cet esprit de jeux de mot et de repartie.

    - Cesse d'êter jalouse, ca ne sert a rien, je te dit qu'elle n'a jamais eu mon coeur... D'ailleurs Pers...

    Il secoupa en plein milieu de sa phrase, sentant qu'il allait dire quelque chose qui était faux et dont il ne voulait pas prononcer les mots. Pour une fois, il avait fait taire son orgueil, et c'était presque un mirace. Mais en faisaitn cela, il avait fait la méme bétise qu'Eleonore avec son hésitation. Tout cela n'était pas tres finement jouer pour une fois, mais il allait se reprendre, un valmont de sa classe et de sa grandeur n'allait pas s'arreter la tout de même... Si?
    Mais voila, sa chére et tendre amie, sa madame de Merteuil personelle avait l'art et savait la maniére de charmer. Pour Alex aussi évidemment, mais elle c'était tellement plus différement qu'il ne sentit pas le piége alors qu'elle lui murmurit d'une voix suave a l'oreille. Elle lui mordit le cou, assez fort pour laiser un légére empreinte qu'il effleura du bout des doigts avant qu'elle ne se recule et qu'il ne lui lance un de ses regards profondement desespéré de son attitudes... Il avait oublier ce coté d'Eleonore mais ce n'était meme pas a regret qu'il le redecouvrait.

    - L'agacement te vas tres bien, tres chére, mais le coté vampire beaucop moins en tout cas... Quoi que... Il lui souria d'un air profondément amusé de son geste a présent. Pourquoi tu t'énerve contre elle alors que tu viens de dire que c'était pour le fun? Elle n'était meme pas une passade, c'est pour te dire! Mais je ne vois meme pas pourquoi je t'explique, tu es belle quand tu es vexée tu sais ^^

    Il attendait de voir la réaction qu'elle allait avoir au compliment, ce n'était meme pas ironique, mais dit sur un ton ironique, ce qui ne voulait pas dire la meme chose.Ha que c'était bon de retrouver Eleonore, presque son Eleonore...

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Jeu 4 Sep - 23:46


    Contrairement à son compagnon, Ele était du genre à avoir la capacité de croire de tout son coeur à certaines choses délicieusement stupides. Naïveté ? Sans doute pas, mais il est vrai que c'était bien curieux d'apprendre par exemple que, oui, elle croyait au coup de foudre. Ele était une madame de Merteuil, mais avec le côté romanesque et passionné en plus. L'histoire de Marianne Dashwood et de Willoughby dans Raison et Sentiments l'avait particulièrement marquée : cette jeune fille à l'esprit si vif et aux illusions poignantes qui se retrouve blessée sous la pluie et qui, par un hasard innoui est sauvée par un jeune homme ténébreux au charme débordant... ah ! C'était profondément cliché mais particulièrement plaisant. Vous aurez compris cependant que Ele n'est pas le genre de fille complètement superficielle -un peu, certes, mais pas tant que cela, si l'on y réfléchit bien- qui n'ouvre la bouche que pour sortir des idioties profondes, mais que l'on excuse parce qu'elle est mignone. Non, non. Elle est en réalité très intelligente, et le genre de lecture pour lequel elle se passionne ne fait que le démontrer. Néanmoins, ce serait dans ses cordes de faire mine d'être incapable de bouger en attendant sous une pluie torrentielle qu'un adorable jeune homme ait la gentillesse de la secourir. L'avantage d'être intelligente, c'est que l'on peu toujours jouer les sottes, n'est-ce pas ?
    Bref, pour en revenir à ce fameux coup de foudre, elle y croyait, mais de manière modérée quand même. Ce genre de cliché était particulièrement distrayant dans un roman de Jane Austen, mais était irréalisable dans la vie réelle...

    La tira de ses rêveries amoureuses la voix profondément agréable d'Alex, et ce qu'il dit de manière parfaitement naturelle la fit rire tant l'orgueil du jeune homme y était palpable.

    - Je dirais même un chef d'oeuvre ! Quand sortiras-tu ta plume pour coucher tout cela sur le papier, de ta plus belle écriture ?

    Les yeux de la jeune femme semblaient rire eux aussi, et tout cela lui fit un bien fou, car il lui semblait qu'après ce qu'il lui était arrivé, elle ne rirait plus jamais. Et seulement quelques heures passées auprès d'Alex l'avaient remise complètement sur pied. Comme elle lui en était reconnaissante ! Oh là ! Ne comptez pas sur elle pour lui sauter au cou, mais, tout de même, elle lui adressa mentalement tous ses meilleurs sentiments de reconnaissance... C'était déjà bien !

    Néanmoins, elle perdit un petit peu son sourire à la réplique suivante d'Alex. Il allait sans doute dire : "D'ailleurs, personne n'a jamais eu mon coeur..." Il s'était arrêté à temps. Mais pourquoi ?...
    Elle attendit quelques secondes avant de décider de passer outre cette demi phrase. Après tout, il ne l'avait pas titillée sur son hésitation, alors, elle pouvait bien se montrer gentille à son tour, en ne l'embêtant pas trop sur cet arrêt brutal. Ainsi, elle prit un air à la fois mutin et détaché pour ne répondre qu'à la première partie de ses paroles.

    - Cela ne m'empêchera pas de lui dire le fond de ma pensée... Mon Dieu ! J'espère franchement qu'elle n'a pas eu ton coeur, car, si tel était effectivement le cas, je m'appliquerais à déchiqueter le sien avec mes ongles... Mon excuse serait que je l'ai fait par jalousie, mais, en vérité, ne te flatte pas trop : je le ferais par plaisir uniquement...

    Voilà qui était mieux que ces demi-affirmations, ou ces mots troublés de toute à l'heure.

    Il eut l'air assez surpris de la morsure qu'elle venait de laisser dans son cou. Avait-il don oublié qu'elle pouvait être d'une douceur câline autant que d'une cruauté de vampire ? Voici de quoi le lui rappeler... Ele aimait jouer sur les contrastes, après tout...

    Les derniers propos du jeune homme la jetèrent dans un indécision notoire : envie de répondre quelque chose de cassant, mais tout de même touchée par le gentil compliment. Il était doué. Cela, elle l'avait presque oublié. Du coup, elle fronça légèrement les sourcils, mais ne parvint pas à effacer le demi-sourire qui s'était dessiné au coin de ses lèvres, ce qui lui fit pousser un soupir d'agacement.

    - Ah ! C'est malin... J'aime mieux quand tu es cassant qu'affectueux, car, au moins, je sais toujours quoi répondre...

    Elle finit par hausser les épaules, et pris son parti de ne rien répondre du tout, espérant qu'il arrêterait les flatteries, car, comme nous en avons déjà convenu, c'est la vanité de la demoiselle qui la perdrait et, ce soir, elle n'avait pas envie de perdre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Hellwood
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Féminin Nombre de messages : 2894
Age : 25
• ÂGE DU PERSO • : 21 ans
• TOPICS ? • : Hmm, laisse moi réfléchir. Bien sur =D
• PHRASE PERSO • : Chaque détail prend de la valeur quand plus rien n'a de sens.
Date d'inscription : 18/03/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
98/100  (98/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Ven 5 Sep - 0:21

    La naiveté, quel étrange caractéristique d'un être humain. Il y avait tout de meme deux sortes de naiveté bien distinguable: La naiveté que l'on pourrait presque appelé humaine, celle qui est volontire afin de ne pas perdre des idéeaux chér a son esprit, et l'autre naiveté, celle qu'on les enfants de cinq ans qui croivent au pére noel, mais que l'on pouvait retrouvé chez une cinquetenaire qui apres trois divorce espérait toujours tombé sur le prince charmant. Ces deux naivetés s'affrontaient et si Alex pouvait comprendre ainsi que toléré la premiére, la deuxieme le faisait hésiter entre le rire et les pleurs, bien qu'il ne pleurait que ters rarement, autant dire jamais, alors le choix était vite fait.

    Alex avait pas mal de culture concernant la littérature lui aussi, mais ce n'était pas le meme genre qu'Eleonore malheuresement. Bah il fallait comprendre que les allers retours en ejt devenaient vite lassant et Alex n'avait jamais réussi a dormir en avion, phobie depuis le onze septembre deux mille un. D'ailleurs, il prenait toujours le meme pilote d'avion: une véritable psychose s'était installé et meme chez lui. Curieux non? Alors il avait parcouru bon nombre d'oeuvre, en anglais ou en version originale quand il lisait du francais. Pour une fois que ces cours si pénible et si tardifs lui servait a quelque chose. Sa liste d'auteurs était variée et internationale: Salinger, Dumas, Shakespeare, Begbeider, Laclos, Auster, Dickens, et je pense des meilleurs évidemment, mais on va dire que c'était ses derniéres lecture lors de vols intérieurs ou de traversées longue d'océans... D'ailleurs il se souvenait parfaitement de ce qu'il vait lu en allant en europe voir la jeune femme, c'était les liaisons dangereuses, et au retour il avait fini le livre. Fini terriblement contemporaire au livre malheuresement, quoi que cela donnait du charme...

    - Je sortirais ma plume quand j'aurais assez de nom pour pouvoir aire un annuaire téléphonique ou un dictionnaire... Enfin il faudrait que j'arrete d'oublier leur prénom avant...

    Il prit un air concentré et reveur qui était vraiment inhabituel bien évidemment dans ses grand yeux noisettes profonds.Avec cela, Alex et Eleonore faisaient comme une pause dans leur dispute qui n'en était pas vraiment une. C'était un jeu, cmme deux enfants qui jouent a se chamailler alors qu'ils s'apprécient énormément, et bien les deux jeunes gens, c'était ecxactement la meme chose. Si l'un lancait une pique, le second enchainait et cela se finissait toujours bien. Enfin entre eux car avec les autres personnes non initiées a leur petit jeu, évidemment, cela finissait mal, le ton montait et pour finir on était vite catalogué. Quand je disait que Blueside était la petite ville bien pensante numéro 1 aux usa...

    Il oublia la phrase qu'il avait failli prononcer, cela aurait été déplacé, et surtout complétement faut mais il avait bien trop d'Ego pour se l'admettre a lui meme et encore plus a Eleonore. Et oui, vingt et un ans d'égocentrisme avaient appris au jeune homme a se comporter en un parfait don juan, et il ne comptait pas arreter cette carriére si vite. A moins que? A moins que presque rien non.

    Car malgré tout, mêmes'ils s'envoyaient des mots sur des ton ironique, cynique ou encore sensuels, il ne falait pas oublier que certaines paroles étaient bel et bien vraies. Enfin, ils étaient majeurs et vaccinés, et faisaient bel et bien ce qu'il voulait, heuresement que tout cette mievrerie ambiante ne s'immissait pas entre eux car sans cela, ca aurait vite été la fin du evil couple.

    -Avoue que Jalousie et Plaisir seraient tres mêlés... Et puis d'ailleurs, tu ne le ferais pas, tu n'abimerais pas une manucure pour moi...

    Cette maniére de laisser ses paroles en suspens, les lacher dans l'air telles qu'elle était une méthode profondément Hellwood. C'était en quelque sorte un complément a sa voix presque rugueuse mais tellement délicieuse. C'était ce genre de voix qu'on aurait mis dans un film romantique, ou a la fin le héros dirait un timide je t'aime a l'héroine qu'il auraitsauvé de contrebandier d'héroine qui pleureraient devant la beauté de la scéne... A hollywod et ses films a l'eau de rose...

    Visiblement, la jeune femme avait été troublée par le compliment, ha enfin un territoire ou il pouvait gagner, mais le souhaitait il vraiment? Il s'était fait a cette égalité entre eux deux, et cela depuis presque le début de leur relation si particuliére. Etrange non? Quand les habitudes s'installent, il est relativement dur de les chasser...

    Il prit un sourire presque carnassier mais toujours dans le pur style Valmont charmant. Ce mélange des style allait particuliérement bien au jeune homme et de toute facon, question séduction, il avait de la bouteille derriére lui. Fixa la jeune femme de son regard intense et lui souriant, il dit:

    - D'ou l'habileté de savoir être changeant Chérie...

_________________


But I am me. And you are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piece-of-us.forumsactifs.net/forum.htm
Eleonore E.Carrington
Admin : La monarchie absolue sur un forum absolument à MOI !
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 25
• TOPICS ? • : If you want ! =)
• PHRASE PERSO • : Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan, la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...
Date d'inscription : 01/09/2008

• Y.O.U •
• HUMEUR •:
90/100  (90/100)
• GROUPE ET POURQUOI •:
• RELATIONSHIPS •:

MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   Ven 5 Sep - 13:51


    Ele lisait uniquement des oeuvres classiques, ne supportant pas le style d'écriture moderne, qui ressemblait presque à du parler. Mary Higgins Clark lui était odieuse, car elle racontait toujours les mêmes histoires : une jeune femme à la beauté divine et à la gentillesse égale à son intelligence se retrouvant entraînée malgré elle dans une suite de déboires dont elle se sortait victorieuse. Le plus moderne qu'elle lisait était quelques romans d'Agatha Christie, et encore, elle n'aimait que le flegme anglais d'Hercule Poirot, car les intrigues de Miss Marple lui paraissaient longues et monotones.
    Donc, la jeune femme se plongeait plus que volontiers dans les oeuvres d'auteurs plus classiques, comme Laclos, Baudelaire, Lamartine, Zola, Flaubert, Marivaux, les soeurs Brontë, Austen, et même dans les pièces de Molière, Racine ou Corneille, mais vous ne la verriez jamais lisant un roman écrit il y a moins d'un siècle...

    - Tu es profondément cruel, répondit-elle en un soupir d'extase quand il avoua oublier les noms de ses conquêtes.

    Cela sonnait comme un compliment, venant des lèvres d'Ele, et c'en était un, d'ailleurs. Elle chérissait l'esprit machiavélique et égocentrique de son ami car, selon elle, cela faisait tout son charme. Même si elle ne l'avait jamais dit tout haut, ni même vraiment formulé cette pensée intérieurement, il fallait quand même signaler qu'Alex était le genre d'homme qui lui conviendrait parfaitement. Ils se ressemblaient tellement qu'ils se comprenaient, et cela, c'était très important, car personne ne comprenait, d'ordinaire, les gens cruels qui faisaient passer leur plaisir avant le bien être des autres. En outre, elle aurait tôt fait de briser le coeur d'un jeune homme doux et gentil, tandis que celui d'Alex était endurci et habitué à leurs chamailleries. A lui, elle ne lui ferait pas de mal.

    Il est un fait certain qu'ils parlaient soit avec ironie soit avec dédain, mais que tous leurs mots n'étaient pas que faux. Certains propos ambigus était dit pour sonner cassants, mais se révèlaient être d'une vérité sucrée pleine de sous-entendus. Ainsi, il fallait toujours bien dicerner le vrai du faux dans leurs propos, ce qui, même pour eux, pouvait parfois être difficile. Mais, ayant toujours joué ainsi l'un avec l'autre -ou l'un contre l'autre, selon les cas- ils finissaient par exceller dans l'art de faire passer leurs émotions dans leurs discours ironiques.

    La seconde réplique de son compagnon la fit sourire : il fallait bien avouer qu'il la connaissait de mieux en mieux.
    Presque inconsciemment, elle regarda ses mains, qui, fine et blanches, n'avaient pourtant pas de quoi pavoiser en cet instant, car ce n'est pas à l'hôpital qu'elle avait pu se faire une manucure. Ses longs doigts à l'aspect doux et fragile s'allongeaient par des ongles, certes, acérés, mais qui avaient eu l'habitude de french et de vernis colorés, ce qui, en ce moment, leur manquait terriblement. La jeune femme eut l'air dépité, et prit un petit sourire triste de circonstance.

    - Oh ! Si tu savais... Même les limes à ongles m'ont été retirées, là-bas... Que croyaient-ils ? Que j'allais essayer d'assassiner le chirurgien, ou de m'enfuit en faisant un trou dans le mur ?... Mais tu as raison : même pour tes beaux yeux, je n'abîmerais pas une manucure...

    Là-bas serait désormais un mot qui lui éviterait de prononcer celui d'hôpital, ce qui était fort commode, car elle ne voulait plus penser à cet endroit, ni même se sentir liée à lui d'une manière ou d'une autre.

    Elle ne releva pas sa remarque à propos du Plaisir et de la Jalousie, car, si elle l'avait fait, elle aurait été obligée de dire un mensonge (en répondant que, non, ils n'étaient pas mêlés). Or, les mensonges ne dupaient plus son camarade depuis longtemps : il avait trop d'expérience en la matière...
    Et puis, à présent, un sourire effrayant errait sur les lèvres d'Alex, si bien qu'elle préféra éviter de le provoquer davantage pour l'instant : qui sait s'il ne serait pas capable de la manger toute crue ?... Ce sourire, d'ailleurs, retint l'attention de la demoiselle, car il avait quelque chose de terriblement sadique, mais, surtout, de profondément séducteur, et elle ne resta pas insensible à ce drôle de mélange. Mieux : elle se sentir rougir légèrement lorsqu'il l'appela "Chérie". Cela faisait bien longtemps qu'on ne l'avait plus appelée ainsi. Sa mère l'appelait Eleonore, voire Ele, lorsqu'elle était de particulièrement bonne humeur, sa grand-mère l'appelait par son deuxième prénom, Elisabeth, car elle disait que c'était bien plus grâcieux et élégant, et son "père" ne l'appelait pas du tout. Donc, ce petit mot affectueux heurta doucement le coeur de la jeune femme qui, finialement, avait toujours manqué d'affection.
    Néanmoins, elle ne voulait pas montrer au jeune homme qu'il la troublait, car leur jeu n'était drôle que si aucun des deux ne surpassait l'autre, et elle se força donc à retrouver son air effarouché et moqueur.

    - Et je suppose que tu te considères comme étant habile ?

    Ton un brin cassant, et légèrement effronté, cocktail adorablement provoquant, ce qui, cette fois, était une méthode profondément Carrington.
    Ele se rapprocha finalement du jeune homme, l'éclat de son regard brun de nouveau intense, comme incandescent et ardent. Son but était de le titiller, pour voir s'il craquerait, cèdant à son charme avant qu'elle ne succombe au sien. Il faut dire qu'ils rivalisaient tous les deux d'habilité en ce qui concerne la séduction, et que leur alliance ne pouvait en être qu'électrique. Elle, faussement douce et caressante, guettait l'instant où elle le verrait fondre, lui, délicieux Valmont par excellence, n'avait pas besoin de grand chose pour séduire, mais elle espérait bien ne pas baisser sa garde avant lui. Elle n'aimerait pas être trop facilement à sa merci...

    - Je le suis aussi, mais pour d'autres choses, sussura-t-elle à son oreille.

    Elle se retint ensuite de rire, car cette situation était profondément commique, pour elle qui savait que tout cela n'était qu'un petit jeu dont ils avaient eux-même fixé les règles. Pour un observateur extérieur, tout ceci était tellement bien fait que l'on aurait volontiers crû avoir sous les yeux deux amants.

    Donc, continuant son petit manège, elle fit doucement remonter sa main le long du corps d'Alex, jusqu'à la stopper contre le cou de celui-ci, à l'endroit où elle l'avait mordu un instant plus tôt. Elle caressa la marque légèrement rouge qui s'y trouvait encore, avec une douceur extrème et appliquée. Restait à savoir si elle resterait gentille, ou si elle y planterait finalement ses ongles...

    A cette dernière idée, une petite lueur taquine s'alluma au fond de ses yeux noirs, tandis qu'un sourire mi-angélique, mi-cruel se dessinait sur ses lèvres au tracé passionné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You know you love... me (?) [Alex']   

Revenir en haut Aller en bas
 
You know you love... me (?) [Alex']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Love you like a love song + ALEX
» I can't forget my English love affair + Alex et Sean
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Danse ta vie vie, danse [Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PEOPLE . ALWAYS . CHANGE :: ● B L U E - S I D E - C I T Y ● :: » Heavenwood-
Sauter vers: